La grippe A interpelle le Parlement jurassien

Grippe ALa pandémie de grippe A s’invite à la tribune du Parlement jurassien. Mercredi matin à l’heure des questions orales, Raphaël Schneider s’est étonné de ne voir qu’un centre de vaccination dans le canton. Le député libéral-radical estime qu’ouvrir un deuxième site en Ajoie, voir un troisième aux Franches-Montagnes, inciterait davantage de citoyens à se faire vacciner.
 
Un ou deux autres centres pourraient être ouverts
 
Le Gouvernement est attentif à l’évolution de la situation. Le ministre de la santé Philippe Receveur a rappelé que la planification actuelle a été arrêtée sur recommandation de la Confédération. Selon lui, peu de personnes se manifestent aujourd’hui pour se faire vacciner.
Mais la situation peut évoluer très vite. Le canton se tient donc prêt à ouvrir un ou deux autres centres ailleurs dans le territoire (en Ajoie et aux Franches-Montagnes). Philippe Receveur a également rappelé que la vaccination est aussi possible chez les médecins traitants.
 
Des pharmacies discriminées
 
La députée socialiste Marlyse Fleury a ensuite fait état de la présence du vaccin uniquement dans certaines pharmacies. Une situation qui engendre une discrimination selon elle. Ces pharmacies peuvent même être discréditées par leur clientèle.
 
Des directives fédérales
 
Le ministre de la santé a déclaré que le canton du Jura n’agit pas seul. Il doit se coordonner aux directives fédérales. Ainsi, les cantons doivent assurer le suivi et la traçabilité de ces stocks. La multiplicité des pharmacies complique donc ce suivi.
Deuxièmement, l’Etat a dû choisir une officine par district et une au centre du canton.
Enfin, la situation géographique de la pharmacie a été prise en compte. Elle devait ainsi se trouver sur le tracée d’acheminement des médicaments transportés de la pharmacie interjurassienne en direction des trois sites de l’Hôpital du Jura, ce qui limite les frais de transport. /msc
Partager
Link
Météo