La loi sur les chiens enterrée

La loi sur la détention des chiens n’a pas trouvé grâce aux yeux du Parlement jurassien. Elle a été refusée par 33 voix contre 21. Seuls l’UDC, une partie du PDC et quelques PCSI ont voté en faveur du texte.

Les débats ont d’abord porté sur la nécessité de se doter d’une telle loi. Les Verts et les radicaux ont déclaré d’emblée qu’ils refuseraient l’entrée en matière. Le PLR était notamment opposé à une législation cantonale, préférant attendre une loi fédérale. L'entrée en matière a néanmoins passé la rampe.
 
Les débats se sont ensuite concentrés pour l’essentiel sur la nécessité d’établir une liste de chiens potentiellement dangereux. Une option défendue par le président de la commission de l’Economie, Pierre Lièvre. La gauche s'y est opposée, estimant cet exercice inopportun et arbitraire. Les socialistes estiment que la loi n'est pas bonne. Ses priorités vont à la protection des animaux et à la responsabilisation des propriétaires. 
 
Autre point de divergence : l’affectation de la part cantonale de la taxe des chiens. Certains voulaient la destiner à des centres d’accueil pour petits animaux, d’autres exclusivement pour les canidés. Au final, l'alliance entre la gauche et les radicaux a fait capoter le projet de loi. /cg
Partager
Link
Météo