La criminalité est basse dans le Jura

policeLa criminalité est nettement plus basse dans le Jura qu'en moyenne suisse. La police cantonale l'a révélé lors de la présentation de son bilan annuel jeudi.
 
Le taux d'infractions s'est établi l'an dernier dans le Jura à 43 pour mille habitants, contre 72 au niveau helvétique. Ces comparaisons ont été rendues possibles grâce à de nouvelles méthodes statistiques mises en place au niveau national. La police jurassienne présente par ailleurs un bon niveau en termes de taux d'élucidation des cas, qui s'affiche à 39% contre 27% en moyenne suisse.
 
 
Les Franches-Montagnes, le district le plus calme
 
 
La nouvelle démarche statistique permet désormais de connaître aussi les endroits les plus touchés par les délits. L'an dernier, c'est aux Franches-Montagnes que le nombre d'infractions a été le plus bas. En termes de communes, sans surprise, Delémont et Porrentruy détiennent la palme des délits. Ces nouvelles données permettent aussi d’analyser les auteurs et les lésés.
 
Et là, le Jura ne diffère pas vraiment du reste du pays. Les garçons mineurs de 15 à 17 ans commettent proportionnellement davantage de délits que les autres citoyens. La part d'étrangers parmi les auteurs des infractions se monte à 42%, dont la moitié réside de manière permanente dans le canton. La majorité des cas recensés dans le Jura ont trait au vol, mais la police doit aussi faire face à environ deux cas de violence domestique par semaine.
 
 
 Un seul accident mortel en 2009
 
 
Au niveau des accidents, la police a recensé un seul accident mortel l’an passé, soit le chiffre le plus bas depuis l’entrée en souverainté du canton du Jura. «Il y a une prise de conscience certaine des Jurassiens au volant», a relevé le commandant Henri-Joseph Theubet. Ce dernier a encore dit en queqlues mots sa satisfaction de voir que l’audit sur la police cantonale a débuté.
 
Un audit qui devrait être rendu en juin.   Il a enfin pris position sur le nouveau système de radars de l'Office fédéral des routes en phase de test. Ce système enregistre les véhicules à un point donné, les réenregistre quelques kilomètres plus loin, puis calcule la vitesse moyenne utilisée lors du trajet.
 
Le commandant de la police jurassienne, Henri-Joseph Theubet, n'en veut pas. "Ca ne vaut pas la peine. Sur l'A16, les excès de vitesse sont rares", affirme-t-il. /lba
Partager
Link
Météo