La crise fait mal au canton du Jura

La crise économique prend toujours plus d’ampleur dans le Canton du Jura. Plus de 150 entreprises ont reçu l’autorisation d’avoir recours au chômage partiel depuis le mois de janvier. Un nombre en constante progression.
Les vacances d’été approchent gentiment et pour de nombreux employés elles seront sans doute plus longues. Des entreprises souhaitent prolonger leur fermeture d’été. Elles en ont fait la demande au Service des arts et métiers et du travail (AMT).
 
Plus de 100 000 heures perdues en un mois
 
Au mois de mars, 101'283 heures de travail ont été perdues pour cause de chômage partiel dans les entreprises. Un chiffre symbolique puisque la barre des 100 000 heures a été franchie pour la première fois depuis au moins dix-sept ans.
Durant les mois de mars et avril, l'AMT a délivré 131 autorisations de chômage partiel pour six mois. Une trentaine supplémentaires sont arrivées en mai. Potentiellement, 3500 personnes sont susceptibles d’être au chômage partiel aujourd’hui dans le Jura.
 
Depuis le début de la crise en octobre, 316 employés ont été licenciés pour raisons économiques. Les secteurs les plus touchés sont évidemment l’horlogerie-microtechnique et l’industrie métallurgique. Ces deux branches représentent à elles seules 80% des 100 000 heures de travail perdues en mars et 90% des licenciements.
 
Des vacances d'été prolongées
 
La situation ne s’améliore pas avec les demandes actuelles : certaines entreprises, notamment en Ajoie, souhaitent fermer davantage que durant les vacances horlogères. Ca tourne vraiment au ralenti et de tous côtés, on peine à voir quand la vitesse normale reviendra. /cl
Partager
Link
Météo