Le DEWS veut passer la vitesse supérieure

Le DEWS veut recentrer sa communication et passer la vitesse supérieure. Mandaté depuis 2005 par les quatre cantons de Vaud, Valais, Neuchâtel et Jura, cet organisme veut favoriser l’implantation d’entreprises étrangères à vocation internationale. Il bénéficie pour cela de 18 représentants implantés dans 13 pays. La direction du DEWS a présenté cet après-midi à Lausanne sa nouvelle stratégie de communication afin d’améliorer ses performances qui suscitent quelques interrogations dans le Jura, vu le peu de résultats enregistrés en 3 ans. Le DEWS a développé pour cela plusieurs outils de communication afin de valoriser le territoire des cantons concernés.

Le DEWS a décidé aujourd’hui d’orienter sa stratégie vers les attentes du marché et les secteurs économiques clés. La promotion des régions concernées sera plus ciblée avec une approche qualitative qui mettra notamment en valeur les arguments technologiques et non plus forcément fiscaux. Le DEWS veut une stratégie forte. Il a aussi décidé de mettre en œuvre un système de veille économique qui doit permettre de répondre aux attentes des différents partenaires.

Les nouveaux outils présentés aujourd’hui insistent sur les 10 raisons de choisir la Suisse occidentale avec une mise en évidence des succès de la région et l’utilisation de témoignages de patrons d’entreprises. Le DEWS présente aussi un guide d’implantation, une publication de comparaisons internationales et un nouveau site internet www.dews.com. Coût de cette nouvelle politique de communication que souligne le slogan «Dews, Downtown Europe», près d’un demi-million de francs.

Le DEWS a aussi annoncé cet après-midi avoir enregistré cette année l’arrivée de cinq sociétés indiennes dans le canton de Neuchâtel. Pour sa direction, c’est un beau succès malgré le peu de personnes concernées, ces entreprises préfèrent en effet s’implanter petit à petit avant d’engager de gros moyens financiers et humains.

En ce qui concerne le Jura, le directeur du DEWS Jacques Pasche estime aujourd’hui que plusieurs projets sont en vue et qu’on peut imaginer que le Jura pourrait prendre son envol cette année. Pour rappel, les autorités jurassiennes doivent se prononcer ce mois-ci encore sur leur éventuel retrait du DEWS en raison des résultats insatisfaisants enregistrés depuis le début de l’adhésion du canton du Jura. Le directeur du DEWS doit d’ailleurs rencontrer le gouvernement dans le courant du mois. Le Jura dépense chaque année 340 000 francs pour des résultats bien en-deçà des attentes. /gk

Partager
Link
Météo