Trois ans de prison pour une affaire de moeurs

Trois ans de prison, la moitié ferme. C’est la peine qu’a prononcé la Cour criminelle à Porrentruy mercredi après-midi. L’homme en risquait huit. Il était prévenu de viols et contraintes sexuelles sur trois filles, dont deux sœurs. L’une d’elle avait 14 ans au moment des faits.

L’homme niait en bloc. Le tribunal ne l’a pas cru : il y a bien eu acte sexuel avec chaque fille. C’est sur la contrainte qu’il y a discussions.
 
La première plaignante prétendait avoir été contrainte à pratiquer certains actes sexuels alors qu’elle sortait avec le prévenu. Pour le juge Logos, le doute existe, d’autant plus que plusieurs témoignages concordent. La plaignante était heureuse, elle le considérait comme l’homme de sa vie et lui écrivait des lettres d’amour, même au moment des prétendus faits. Elle a commencé à moins apprécier la relation quand il la trompait.
 
Avec sa meilleure amie. Là aussi, l’homme était prévenu de contraintes sexuelles et viols. Là aussi le tribunal ne croit pas les dénégations du prévenu, mais il ne croit pas non plus qu’il y a eu contrainte. La meilleure amie en question était passive, probablement consentante. En tout cas il n’y a pas eu de violence physique ou psychique, donc pas de contrainte.
 
Enfin, la dernière plaignante est la petite sœur de la première. L’homme niait aussi l’avoir touchée, le juge ne l’a pas cru. Mais comme pour les deux autres, le Tribunal n’a pas non plus considéré qu’il y avait contrainte. Elle n’a rien dit quand l’homme s’est fait entreprenant. Elle est même allée chercher le préservatif.
 
Pas de contrainte ni de viol donc, mais bien un acte d’ordre sexuel avec une enfant, puisqu’elle était âgée de 14 ans au moment des faits. En plus de sa peine, le prévenu devra lui verser 20'000 francs d’indemnités pour tort moral. /cad
Partager
Link
Météo