Moutier et Roches mises de côté dans le rapprochement intercommunal

L’étude de rapprochement intercommunal dans la Couronne prévôtoise… continue sans Moutier et sans Roches.
 
Les communes de Belprahon, de Corcelles, de Crémines, d’Elay, d’Eschert, de Grandval, de La Scheulte, de Perrefitte et de Souboz ont décidé de laisser tomber la Prévôté et Roches et d’avancer dans l’étude engagée.
 
Moutier avait décidé d’attendre le rapport de l’Assemblée interjurassienne avant de se déterminer. Les autres communes ont patienté. Finalement, en juin, le Conseil de ville de Moutier s’est décidé, et de justesse, à élargir la réflexion sur une fusion à l’ensemble du district. Un rapprochement intercommunal pouvant se révéler rapidement insuffisant en regard de dispositions cantonales et fédérales.
 
La réaction des communes alentours
 
La balle était dans le camp des Conseils communaux ou municipaux des communes alentours. Ils ont tous décidé, à l’exception de celui de Roches, de poursuivre le projet de fusion sans Moutier et de verser un acompte de 2 francs par habitant pour contribuer au financement de la prochaine étape des travaux.
 
Avancer dans le dossier
 
Le choix des neuf Exécutifs favorables à la poursuite de l’étude est motivé par une enquête effectuée en 2007 et 2008. Elle avait révélé que la majorité des personnes sondées était favorable au rapprochement intercommunal. Selon ces 9 exécutifs, «même redimensionné, le projet de rapprochement intercommunal conserve tout son sens».
 
Les 9 communes concernées entameront sous peu la deuxième phase du projet dont l’objet est de déterminer, je cite, «l’opportunité, la forme idéale et le périmètre d’un rapprochement intercommunal». /ts
Partager
Link
Météo