Des bâtons dans les roues du Safetycar

La Fondation suisse pour la protection et l’aménagement du paysage a fait opposition au projet de centre de conduite à Vendlincourt. Le Gouvernement jurassien l’avait approuvé en juin 2007. L’exécutif estimait que ce nouveau centre était complémentaire à celui de Develier qui ne peut accueillir des cours de conduite à haute vitesse, soit entre 80 et 120 km/h. Un argument contré aujourd’hui par la Fondation suisse pour la protection et l’aménagement du paysage.

La Fondation estime que la mise sur pied de tels cours est inutile. Pour elle, la sécurité routière n’est absolument pas en cause dans le projet. Ce ne sont pas des cours de conduites qui rentabiliseront un tel centre, mais bien la mise sur pied de courses automobiles, malgré les directives du Gouvernement. L’exécutif avait émis l’exigence qu’aucune compétition ne puisse être organisée mais il autorise la pratique de sports motorisés. Pour la Fondation, il est évident que des courses seront, tôt ou tard, programmées. Elle estime aussi que la qualité de vie de toute une région serait diminuée pour les divertissements de fous du volant. Les avis divergent finalement à propos des terres agricoles. Quinze hectares seront supprimés pour la construction du circuit. Le Gouvernement justifie cette mesure par le fait que le Safetycare est une infrastructure unique et d’intérêt cantonal. Un aménagement de 50 hectares est nécessaire pour en libérer 15. Les opposants n’acceptent pas un remaniement d’une telle ampleur.

L’assemblée communale de Vendlincourt devra encore se prononcer à la fin de l’année. Au final, c’est le Service de l’Aménagement du territoire qui tranchera./lc
Partager
Link
Météo