L'opposition aux nouveaux horaires de fermeture des magasins s'organise

fermeture magasinsSuite à la décision du Parlement jurassien de réglementer les horaires des magasins au plan cantonal, un comité référendaire est en train de se constituer. Commerçants, députés et citoyens issus des trois districts vont s’unir pour contrecarrer la nouvelle loi, jugée trop restrictive. La composition et les objectifs précis du comité seront connus en début de semaine prochaine.

On saura alors quelle forme prendra le référendum annoncé. S’il s’en tient à un statut quo, ou s’il annonce une initiative prônant une ouverture encore plus large des magasins. Pour se donner du poids, le groupe référendaire interpelle les autorités locales. Parmi elles: la commune de Bassecourt. Elle décidera lundi si elle adhère au comité.

Pour l’heure, la maire Françoise Cattin s’exprime en faveur des acquis actuels. Elle estime que les communes doivent garder leur autonomie pour rendre leurs commerces attractifs. A Bassecourt, les magasins peuvent actuellement ouvrir jusqu’à 19 h. Pour les autorités, un tel horaire répond mieux aux besoins de la population dont les modes de vie évoluent. Selon les référendaires il y a confusion entre la loi sur le travail – qui protège les employés – et l’ouverture des magasins. Pour les autorités de Bassecourt, les employés ne se sont jamais plaints de l’horaire actuel.

Unia n’est pas aussi catégorique. Si les employés de la Coop sont mieux rémunérés pour faire des heures supplémentaires, les travailleurs des autres petits magasins du centre n’ont pas de compensation salariale. Le syndicat affirme avoir déjà été interpellé à cet effet. /dw

Partager
Link
Météo