Certaines communes jurassiennes sont-elles menacées par une tutelle de l’Etat?

Dans deux mois, les citoyens du Canton vont renouveler leurs autorités locales. La dernière législature s’achève sur un constat problématique: dans de nombreuses communes, les exécutifs sont incomplets.
 
Si on excepte les communes qui ont décidé de fusionner, il manque un conseiller communal dans six villages: Bourrignon, Mervelier, Montsevelier, Lajoux, Soubey et Vendlincourt. Il en manque deux à Bressaucourt et aux Genevez. Et il n’y a pas de maire à Rocourt.
 
 
D’autres solutions avant la tutelle
 
Avant de penser à une tutelle de l’Etat, d’autres solutions existent, comme la réduction du nombre de conseillers communaux, ou la fusion.
 
Si aucune solution n’est trouvée, la législation cantonale prévoit la mise en place d’une administration extraordinaire, ce qu’on appelle plus communément la tutelle. Si d’autres cantons - à l’image de Fribourg ou de Bâle-Campagne - ont mis dernièrement certaines communes sous tutelle, le Jura n’est pas encore passé à l’acte.
 
 
L’Etat plus ferme à l’avenir
 
Certaines communes qui présentent un exécutif incomplet ont refusé de fusionner cette année, comme Rocourt ou Soubey. Si d’aventure ces communes ne réussissaient pas à compléter leur exécutif à l’issue de cette nouvelle législature, le Canton pourrait se montrer plus ferme. Le chef du Service des communes, Jean-Louis Sangsue, a du mal à imaginer que les communes qui ont refusé la fusion ne puissent pas compléter leur exécutif. «Je ne peux pas me permettre de parler au nom du Gouvernement, mais si tel est le cas, je pense que l’Etat prendrait rapidement des mesures et mettrait en place une tutelle» relève Jean-Louis Sangsue. /fq...
Partager
Link
Météo