Un rapport du gouvernement demande des adaptations à la SSR

Un rapport du gouvernement demande des adaptations à la SSR

Photo: Keystone

La SSR doit se réformer à l'aune de la révolution numérique. C'est la principale conclusion du rapport du gouvernement qui a examiné le mandat de service public du géant médiatique. Le financement fondé sur la redevance et la publicité n'est pas touché.

Après les critiques de la droite selon laquelle la SSR outrepasse son mandat de service public et le coup de semonce lors de la votation sur la redevance Billag l'an dernier, la SSR est sur la sellette. Le rapport adopté vendredi par le gouvernement en réponse à une requête du Parlement fait le point: s'il a fait ses preuves, le modèle doit être adapté à l'ère numérique.

L'attribution de nouvelles concessions en 2019 offre l'occasion de procéder de donner de nouvelles orientations. La numérisation a modifié les habitudes de consommation des médias. Les jeunes en particulier ont des pratiques complètement différentes de leurs aînés.

Mettre l'accent sur l'information

Pour le Conseil fédéral, une SSR forte doit être maintenue pour fournir un service public de qualité multilingue et tenant compte de tous les groupes de population. Mais à l'avenir, elle doit améliorer son offre à destination des jeunes qui se tournent vers l'internet.

De la SSR, le Conseil fédéral attend que ses programmes et ses offres en ligne se différencient encore plus nettement des contenus commerciaux. Elle devra se concentrer sur l'information. Pour les radios et télévisions locales financées par la redevance, il s'agira de préciser les dispositions pour exiger des prestations dans le domaine des informations régionales. En outre, la SSR devra renforcer son rôle d'intégration.

Pas d'argent en plus

Côté financement, les moyens actuels suffisent. La SSR et les chaînes locales sous concession pourront continuer de vivre sur la redevance (1,3 milliard) et les recettes de la publicité (environ 300 millions). Le gouvernement n'a pas voulu d'un modèle dual réservant la redevance à la SSR et la publicité aux médias privés.

Il maintient l'interdiction pour la SSR de faire de la publicité en ligne pour les trois à cinq prochaines années. Elle n'aura pas non plus le droit de se lancer dans les petites annonces et les plateformes de e-commerce.

Nouvelle loi

A moyen terme, le Conseil fédéral veut une loi sur les médias électroniques. L'arsenal législatif actuel qui se limite à la radio et à la télévision n'est plus adapté à l'époque.

Ce rapport ne met pas pour autant la SSR à l'abri. Le peuple devra se prononcer sur l'initiative 'No Billag' déposée en décembre dernier. Le texte veut interdire à la Confédération de subventionner toute chaîne de télévision ou de radio et de prélever une redevance de réception.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.