A Morges, plus d'un millier de personnes marchent contre Monsanto

Mobilisation à Morges, Bâle et Berne contre Monsanto

Photo: Keystone

Quelque 4000 personnes se sont mobilisées samedi en Suisse pour protester contre 'Monsanto et les multinationales des OGM et des pesticides'. Des rassemblements ont notamment eu lieu à Morges (VD), Bâle et Berne, ainsi que dans des centaines de villes dans le monde.

A Morges, où Monsanto a son siège pour l'Europe, l'Afrique et le Moyen-Orient, ils étaient plus d'un millier selon la police, et plus de 1600 selon les organisateurs, à manifester leur colère contre le groupe américain. Des protestataires ont franchi les barrières qui interdisaient l'accès au bâtiment et plusieurs centaines d'entre eux se sont installés sur les pelouses du site de la multinationale de l'agrochimie.

Ils ont fait face à une trentaine de policiers anti-émeute durant plus d'une heure, mais sans affrontements. Seuls quelques slogans ont été écrits sur le sol, devant le siège.

Auparavant, les manifestants, avec parmi eux beaucoup de familles, avaient défilé en ville sans incident. Les participants dénonçaient un modèle agricole 'accro à la chimie et aux manipulations du vivant'. 'Qui sème des OGM récolte des problèmes', disait la banderole jaune déployée en tête de cortège.

'Affameurs dégagez

L'objectif des manifestants était d'alerter l'opinion publique sur les dangers que les multinationales de l'agrochimie font courir à l'environnement et à l'agriculture traditionnelle. Monsanto, qui est leader dans la production de semences génétiquement modifiées, était particulièrement visé, mais d'autres entreprises étaient aussi dans le collimateur des militants.

'Affameurs dégagez', 'Monsanto va-t'en!', ont scandé les manifestants qui dénonçaient aussi les exonérations fiscales accordées à l'entreprise américaine. 'Monsanto assassine, l'Etat s'incline', ont écrit des participants.

Au fil du temps, la foule a peu à peu quitté le site. Vers 16h30, il ne restait plus qu'une centaine de personnes sur place.

Un millier à Bâle et Berne

Plus de 1200 personnes se sont également rassemblées à Bâle, selon les organisateurs. Ils se mobilisaient contre Monsanto, ainsi que le groupe agrochimique bâlois Syngenta.

Dans le cadre de la 'Marche contre Monsanto' organisée dans plus de 390 villes du monde, les manifestants ont défilé à travers la ville, passant devant le siège de Syngenta.

Certains étaient déguisés en abeilles et scandaient 'Syngenta, laisse vivre les abeilles'. Ils reprochent à la firme d'utiliser un pesticide qui les tue.

A Berne, ils étaient plus de 1000 à battre le pavé à travers le centre-ville. 'La Confédération veut faire coexister le génie génétique en agriculture et une agriculture biologique, une politique dont personne ne veut', a critiqué Paul Scherer, du Groupe de travail suisse sur le génie génétique, cité dans un communiqué diffusé samedi soir par les organisateurs.

Plus de 2000 à Paris

Les premiers mouvements anti-Monsanto ont vu le jour aux Etats-Unis en 2012. Depuis, des rassemblements sont régulièrement organisés pour dénoncer les pratiques du groupe américain, notamment l'utilisation de son herbicide Roundup.

Produit-phare de Monsanto, récemment classé comme 'cancérogène probable' par l'agence du cancer de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), était particulièrement ciblé par les manifestants.

De Paris à Ouagadougou, ils étaient plusieurs milliers de personnes à crier leur colère contre le géant américain de la biotechnologie agricole, selon l'AFP. Dans la capitale française, entre 2000 et 3000 manifestants ont répondu à l'appel lancé dans plus de 4000 villes situées dans une quarantaine de pays.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.