Alain Berset donne une touche politique à l'inauguration du salon

Alain Berset donne une touche politique à l'inauguration du salon

Photo: Keystone

Alain Berset a inauguré jeudi le 86e Salon de l'automobile de Genève. Outre un goût marqué pour les voitures alternatives, à l'électricité ou au gaz, le conseiller fédéral n'a pas hésité à rappeler l'opposition du gouvernement à l'initiative dite 'vache à lait'.

Improvisant largement son discours, le chef du Département fédéral de l'intérieur a brossé une sorte de tableau de tout ce que pouvait représenter la voiture: histoire, culture, sciences, révolution industrielle, découvertes, voyages, les thèmes ont été nombreux pour décrire ce qui a amené à 'l'homo automobilus'.

Interpellé par le président du salon, Maurice Turrettini, qui a vanté les mérites de l'initiative 'vache à lait' sur laquelle le peuple se prononcera le 5 juin, Alain Berset n'a pas esquivé. La politique des transports ou de la mobilité est 'une recherche d'équilibre', ce que l'initiative en question casse.

Complémentarité

'Il ne faut pas opposer les modes de transport les uns aux autres', a martelé Alain Berset, évoquant à plusieurs reprises le vote sur le deuxième tube au Gothard, survenu peu avant la prochaine mise en service du tunnel de base. A ses yeux, c'est l'exemple de la complémentarité.

L'initiative 'vache à lait', qui vise à reverser à la route tout ce qui a été prélevé comme taxes ou impôts auprès des automobilistes, rompt 'la recherche d'équilibre. C'est pourquoi le Conseil fédéral s'y oppose très vivement', a affirmé le Fribourgeois.

Argent réclamé

Auparavant, Maurice Turrettini n'avait pas craint de déclarer que pendant des décennies, on avait en quelque sorte tondu l'automobiliste au profit du rail et que cette situation devait changer grâce à l'initiative lancée au Salon de l'auto 2014. 'Nos infrastructures routières sont totalement insuffisantes et n'ont pas su s'adapter', selon le président de la manifestation.

Cette initiative interdirait notamment les financements croisés, ce qui serait préjudiciable à la mobilité qui change et évolue vite, a poursuivi Alain Berset. Il a dit espérer qu'elle soit encore retirée au profit du fonds pour les routes et le trafic d'agglomération (FORTA), qui 'est la réponse la mieux adaptée' à la politique des transports.

Prudence et sécurité

Après ce bref échange politique, le conseiller fédéral s'est longuement promené à travers le salon, privilégiant les stands présentant des solutions novatrices en matière d'automobiles. Voitures hybrides, électriques, au gaz naturel ont été montrées, expliquées à un ministre attentif et prompt à poser des questions.

Belles italiennes rouges et très rapides ou bolides anglais utilisés par un espion de Sa Majesté: rien à faire, ce type de voitures n'aura pas su retenir l'attention du ministre de la santé. Il est vrai qu'il avait parlé aussi dans son discours de la prudence et de la sécurité comme thèmes majeurs du développement de l'automobile.

'C'est qui ?'

Entouré de responsables politiques genevois, de nombreux gardes du corps et de huissiers en tenue, la délégation s'est vite fait remarquer. Mais il faut reconnaître que les 'c'est qui ?', les 'Who is he ?' ont émaillé tout le parcours du conseiller fédéral, par ailleurs très abondamment photographié. Un jeune homme a tout de même réussi à s'avancer et à donner à Alain Berset un flyer pour l'autre salon nommé 'Pédale dans le bon sens'.

Malgré l'exercice parfois un peu difficile pour un conseiller fédéral, l'inauguration du Salon de l'automobile reste pour ainsi dire obligatoire. La branche automobile emploie près de 220'000 personnes en Suisse et représente près de 15% du PIB, a rappelé Maurice Turrettini.

Roland Barthes et Jo Siffert

Alain Berset l'a pleinement reconnu et souligné l'importance économique du secteur, même s'il s'est voulu aussi plus léger. Il a cité Roland Barthes et ses 'Mythologies' lorsque l'écrivain français parlait 'de la grande phase tactile de la découverte' pour commenter une visite dans un salon présentant la nouvelle DS de Citroën. Et, en bon Fribourgeois, il a bien sûr dû évoquer en passant le légendaire Jo Siffert.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.