Bon indicateur bioclimatique, la vigne a quinze jours d'avance

Bon indicateur bioclimatique, la vigne a quinze jours d'avance

Photo: Keystone

La vigne est un excellent indicateur bioclimatique. Elle a actuellement quinze jours d'avance: 2015 se place ainsi au 5e rang des années les plus précoces pour le début de la maturation du chasselas, selon les relevés effectués par Agroscope depuis 1925 à Pully (VD).

Parmi les plantes cultivées dans nos régions, la vigne est une des plus sensibles aux variations du climat durant la période de végétation, a indiqué jeudi la station fédérale de recherche. Son caractère thermophile la rend particulièrement intéressante pour étudier l'impact du réchauffement climatique récent.

Plusieurs études conduites notamment en France et en Allemagne montrent que la plupart des stades du développement de la vigne interviennent actuellement en moyenne 15 jours plus tôt que durant les décennies 1960 et 1970 qui étaient particulièrement fraîches.

Relevés sur 91 ans

A ce titre, la série d'observations systématiques conduite au domaine expérimental Agroscope à Pully est unique en Suisse en raison de sa longueur (91 ans) et permet bien de caractériser la réponse de la vigne aux fluctuations du climat depuis près d'un siècle.

Les principaux stades du développement de la vigne observés sont ceux de l'éclosion des bourgeons (débourrement) fixée au 13 avril en moyenne, du début de la floraison (15 juin), de la fin de la floraison (29 juin) et du début de la maturation du raisin ou véraison (13 août). La date des vendanges (8 octobre) est également consignée ainsi que la teneur en sucre des raisins au 20 septembre.

Brutale accélération

En 2015, après une fin d'hiver assez classique, le débourrement du chasselas est intervenu le 17 avril soit avec un léger retard sur la moyenne. Le chaud mois de juin a par contre accéléré le développement de la vigne, qui a fleuri entre le 6 et le 12 juin, soit avec une avance de 10 à 15 jours par rapport à la moyenne.

Mais ce sont les conditions de chaleur exceptionnelles enregistrées au mois de juillet qui ont réellement propulsé le millésime 2015 parmi les années records. En effet, le stade du début de la maturation du chasselas a été noté le 28 juillet à Pully avec une bonne quinzaine de jours d'avance sur la moyenne.

Cela place 2015 au 5e rang des années les plus précoces pour ce stade après 2011 (22 juillet), 2003 (23 juillet), 1952 (24 juillet) et 1945 (25 juillet) et en même temps que 1976 et 2009. Depuis 1925, en plus de ceux déjà cités, seuls les millésimes 1943, 1947, 1953, 1959, 1989 et 2007 ont encore connu un début de maturation en juillet.

Vendange fin septembre

La période qui s'écoule entre le début de la maturation du raisin et la vendange varie assez fortement. Et cela en fonction de paramètres en partie indépendants de la seule évolution de cette maturation: grêle, pourriture conduisant à une récolte anticipée, arrêt de la période végétative lors de millésimes très tardifs, notamment.

En moyenne 1925-2015 il s'est écoulé 56 jours entre le début de la maturation et les vendanges avec comme extrêmes 36 jours (1926) et 77 jours (1953). Pour les 12 années à début de maturation très précoce (en juillet) ce nombre de jours s'établit à 61, soit assez exactement 2 mois, ce qui laisse envisager une vendange à la fin de septembre pour le Chasselas à Pully.

Si les conditions d'août et de septembre restent favorables on peut également espérer une très bonne qualité des raisins. En effet, si la teneur en sucre des raisins au 20 septembre s'établit à 160g/l pour la moyenne générale de longue durée, celle-ci est de 185g/l si l'on ne considère que les 12 années les plus précoces.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.