Construction: la carte professionnelle sera étendue en Suisse

Construction: la carte professionnelle sera étendue en Suisse

Photo: Keystone

La carte professionnelle visant à lutter contre le travail au noir dans la construction sera bientôt introduite dans d'autres régions que le canton de Vaud. Les délégués de la Société suisse des entrepreneurs (SSE) ont approuvé jeudi une généralisation du concept.

La carte professionnelle, qui démontre que l'employé est bien annoncé auprès des institutions sociales, 'est encore dans une phase-pilote dans les cantons de Vaud et Genève', indique à l'ats Gian-Luca Lardi, président central de la SSE. Mais après le vote des délégués, d'autres sections pourront choisir de l'introduire, poursuit-il, confirmant une information parue samedi dans La Liberté.

Aucun délai n'a été fixé pour la fin de la phase-test, les aspects techniques et électroniques rendant toutes prévisions difficiles, précise M. Lardi. 'Nous voulons cependant que cette carte puisse être introduite au plus vite dans d'autres régions, afin de mettre rapidement de nouveaux moyens au service d'une amélioration de la situation sur les chantiers', assure-t-il.

Scanner

Dans le détail, la carte professionnelle instaurée il y a près d'un an et demi par la Fédération vaudoise des entrepreneurs, au format d'une carte de crédit, porte la photo du détenteur et un QR code (code-barre d'identification en deux dimensions). Les informations transmises par scanner confirment que l'employeur cotise aux assurances sociales et que l'ouvrier est autorisé à travailler.

Les quelque 23'000 employés des entreprises vaudoises affiliées à la SSE ont dû en recevoir une. En Suisse romande, ils sont entre 40'000 et 50'000 employés potentiellement concernés.

Jeudi, les délégués n'ont pas seulement approuvé le concept de la carte. Cette dernière ne constitue, d'après le président central de la SSE, que le module le plus détaillé d'un panel beaucoup plus large, d''un système global visant à garantir que les travailleurs sont correctement payés et les contrats respectés'.

Selon les régions

Ces autres modules doivent encore être développés. Ils sont tantôt liés aux entreprises, aux maîtres d'ouvrage, aux caisses de compensation et aux commissions paritaires.

Les régions particulièrement exposées au travail au noir ou dumping salarial pourront choisir d'utiliser tous les modules du système, alors que d'autres, moins touchées, n'implémenteront que ceux qui leur paraîtront pertinents, explique Gian-Luca Lardi. Ce dernier rappelle d'ailleurs que l'introduction de ces mesures a un coût et requiert des efforts bureaucratiques.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.