Débrayages tous azimuts en France avec quelques incidents

Débrayages tous azimuts en France avec 24 interpellations

Photo: Keystone

Taxis, contrôleurs aériens, enseignants et fonctionnaires en grève: la France a été touchée mardi par une forte mobilisation sociale en faveur d'une hausse du pouvoir d'achat. Elle a perturbé les transports, notamment aériens, autour de Paris.

Les manifestations des taxis mobilisés pour protester contre la concurrence des voitures de transport avec chauffeur (VTC) ont en effet donné lieu à quelques échauffourées en région parisienne. Vingt-quatre personnes ont été interpellées, dont dix-huit ont été placées en garde à vue, tandis qu'un manifestant a été blessé, renversé par un véhicule, à l'aéroport d'Orly.

Le premier ministre Manuel Valls, qui a reçu les chauffeurs en délégations à la mi-journée, a condamné ces violences 'inadmissibles'. Il a promis à des représentants des taxis de renforcer les contrôles contre les chauffeurs ne respectant pas la loi et de nommer un médiateur chargé d'assurer une concurrence saine entre taxis et VTC.

Les taxis ont, par ailleurs, annoncé vouloir poursuivre leur mouvement de protestation mercredi. Une partie de la ville de Paris risque d'être paralysée par leur action.

Soutiens espagnols, belges et suisses

Selon la préfecture de police, 2100 taxis ont été comptabilisés sur différents sites en région parisienne, en particulier à Orly où quelques dizaines de contestataires ont organisé un filtrage sur une autoroute voisine, dans une ambiance électrique. Soutenus par des collègues espagnols, belges et suisses, les taxis étaient aussi présents à l'aéroport de Roissy, au nord de la capitale, et dans Paris intra-muros à proximité du ministère de l'Economie.

Les incidents ont éclaté en début de matinée dans l'ouest de la capitale, où des taxis ont interrompu la circulation dans les deux sens sur le périphérique parisien. Ils ont incendié des pneus qui dégageaient une épaisse fumée noire. Des milliers de chauffeurs de taxi étaient appelés à se mobiliser dans toute la France pour protester contre les 'dérives' de leurs concurrents du secteur des VTC.

Les syndicats de la profession réclament une compensation pour l'activité plus réduite du secteur et dénoncent la baisse du prix des licences pour faire face à la concurrence de certains VTC qui ne respectent pas la loi et cassent les prix, selon ces organisations.

Trafic aérien perturbé

La grève des taxis coïncide avec un mouvement de grogne des quelque 5,6 millions de fonctionnaires, soumis à un régime de rigueur depuis juillet 2010. Plusieurs syndicats avaient appelé à manifester mardi pour une hausse de leur pouvoir d'achat.

Entre 110 et 120 manifestations étaient prévues partout en France, avec des milliers de personnes, auxquelles devraient se joindre les enseignants, mobilisés contre une réforme des collèges d'enseignement du secondaire. Dans ce secteur de l'Education nationale, le ministère a fait état d'un taux de grévistes de 22,32% au collège et 12,24% dans le primaire.

Les employés de la Sécurité sociale et de certains secteurs privés hospitaliers et associatifs comme l'aide à l'enfance, se sont aussi joints au mouvement, ainsi que les contrôleurs aériens.

La grève de ces contrôleurs affectait le trafic comme prévu, avec un vol annulé sur cinq, mais 'aucune annulation à chaud', a déclaré un porte-parole d'Aéroports de Paris (ADP). Elle n'a pratiquement pas affecté les aéroports suisses.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.