Des agriculteurs engagent des réfugiés pour un projet d'intégration

Des agriculteurs engagent des réfugiés pour un projet d'intégration

Photo: Keystone

Le bilan du projet d'intégration des réfugiés dans l'agriculture est jugé positif par les participants. En 2015, 13 réfugiés ont été placés dans huit exploitations. Employeurs et employés sont satisfaits.

Dans la plupart des cas, ces engagements se sont avérés positifs, ont indiqué mercredi l'Union suisse des paysans (USP) et le Secrétariat d'Etat aux migrations (SEM). Dans trois cas, les contrats de travail ont été prolongés. Un réfugié entamera une formation d'agropraticien.

Les migrants ont pu améliorer leurs connaissances linguistiques et professionnelles. Pour les exploitants, leur travail était à la hauteur des attentes. Ils ont également souligné que les réfugiés s'étaient bien intégrés aux équipes et aux familles.

Depuis le début 2016, l'USP a enregistré des demandes de 14 exploitations. Dix réfugiés ont déjà été engagés et d'autres suivront, indique l'USP.

Accès à un travail

L'USP et le SEM avaient lancé ce projet pour faciliter l'accès au marché du travail pour les réfugiés. Grâce au salaire versé par les exploitants, les migrants sont autonomes financièrement. En mai 2015, Jacques Bourgeois, directeur de l'USP, avait rappelé que '80% des réfugiés reconnus avec un permis B se trouvent à l'aide sociale'.

Pour les deux partenaires, l'objectif est atteint. Le projet pilote sera poursuivi jusqu'en 2018, car il profite à tous les participants. Certains cantons s'en inspirent même pour développer leurs propres projets, à l'image de Neuchâtel, de Genève, de Vaud, de Lucerne ou de Zoug.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.