Deux néonicotinoïdes nuisent à la fécondité des reines d'abeilles

Deux néonicotinoïdes nuisent à la fécondité des reines d'abeilles

Photo: Keystone

Deux insecticides du groupe des néonicotinoïdes peuvent nuire à la fécondité des reines d'abeilles. C'est ce qu'indique une étude de chercheurs bernois et canadiens publiée mardi dans la revue 'Scientific Reports'.

A l’échelle mondiale, les apiculteurs rencontrent des difficultés à maintenir leur cheptel en bonne santé et doivent faire face à des mortalités de colonies au cours de l’hiver. Des enquêtes récentes auprès des apiculteurs suggéraient que la mauvaise qualité des reines pourrait être une raison de ces pertes.

Plusieurs travaux scientifiques avaient montré les effets létaux et sub-létaux d'une exposition d’abeilles ouvrières à des néonicotinoïdes, mais jusqu’à présent, aucun n’a concerné la reine.

Or, selon ces nouveaux travaux de chercheurs de l’Institut de la santé de l’abeille de l’Université de Berne, d’Agroscope et de l’Université d’Acadie (Canada), les deux insecticides néonicotinoïdes thiamethoxam et clothianidine peuvent nuire à la santé des reines.

'La découverte que les reines sont vulnérables à ce type de substances est inquiétante mais pas surprenante, compte tenu de la toxicité de ces insecticides et de leur rémanence dans l’environnement', souligne Laurent Gauthier, chercheur à Agroscope et coauteur de l’étude, cité mardi dans un communiqué de l'Université de Berne.

Les apiculteurs observent régulièrement des problèmes liés à la qualité de leurs reines. Les chercheurs ont identifié des effets sur la physiologie et l’anatomie qui affectent le système reproducteur de la reine, ainsi que son comportement.

Santé de la reine cruciale

Les abeilles mellifères sont un modèle d’organisation sociale complexe basé sur la division du travail. Tandis que la tâche des ouvrières consiste à nourrir les jeunes, à nettoyer le nid et à rapporter la nourriture, la reine a pour mission de pondre de manière à assurer le renouvellement des ouvrières. Du fait qu’il n’y a qu’une seule reine dans chaque colonie, l’état de santé de cette reine est crucial pour la survie de la colonie.

Les abeilles, au même titre que les autres pollinisateurs, ont une fonction essentielle au sein des écosystèmes. Chaque année dans le monde, des millions de colonies d’abeilles produisent des tonnes de miel et participent à la pollinisation des cultures, telles que les carottes, les amandes ou le colza, une activité évaluée en milliards de francs chaque année.

Pour Peter Neumann, de la Faculté vétérinaire de l’Université de Berne et coauteur de cette étude, 'ces résultats s'alignent sur ceux publiés récemment par d’autres équipes et soulignent l’urgence de prendre des mesures permettant de mieux évaluer la dangerosité des produits employés en agriculture afin de protéger la biodiversité et le bon fonctionnement des écosystèmes'.

Usage restreint

En 2013, la Commission européenne a édicté titre préventif des restrictions d’usage de certains insecticides du groupe des néonicotinoïdes tels que le thiamethoxam, la clothianidine et l’imidaclopride, avec la mission de mettre en place des études d’impact de ces substances sur l’environnement. La Suisse s'est alignée fin 2013, imposant un moratoire de deux ans.

Différentes études scientifiques ont démontré une toxicité des néonicotinoïdes non seulement sur les abeilles mais aussi sur les papillons, oiseaux, vers de terre, poissons et organismes aquatiques. Une nouvelle révision de ces restrictions doit intervenir prochainement.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.