Effectifs en hausse en 2014 dans l'industrie horlogère suisse

Effectifs en hausse en 2014 dans l'industrie horlogère suisse

Photo: Keystone

Le nombre de travailleurs dans l'industrie horlogère suisse a augmenté l'an dernier, flirtant avec des niveaux inédits depuis les années 1970. Mais le franc fort et les crises géopolitiques assombrissent les perspectives.

Fin septembre 2014, l'industrie horlogère suisse comptait 59'112 travailleurs. Un chiffre en hausse de 3,2% sur un an. 'Les effectifs frôlent la barre des 60'000 emplois, laquelle n'a plus été atteinte depuis le milieu des années 1970', souligne mardi la Convention patronale de la branche (CP) en publiant son recensement annuel.

'Ce résultat confirme en outre une progression ininterrompue de l'embauche depuis l'après-crise de 2008-2009'. En quatre ans, l'horlogerie a créé plus de 10'000 emplois, avec des pics en 2012 (+4255) et en 2013 (+3013).

C'est surtout du personnel de production, considéré comme un baromètre du secteur, qui a été engagé en 2014 (+2010), tandis que l'administration ne gagne que 66 postes. Diminution en revanche chez les cadres (-114), ainsi que le personnel à domicile (-136), qui ne représente toutefois que 0,4% des emplois de la branche.

Le Jura, champion de l'embauche

Le trio de tête des cantons horlogers reste le même avec Neuchâtel (15'465), Berne (11'836) et Genève (9769), regroupant les deux tiers des effectifs totaux. Mais la palme de l'embauche en 2014 revient au Jura, avec 951 postes supplémentaires (+16,6%).

Le nombre d'entreprises reste quant à lui stable, à 657, contre 659. Une majorité d'entre elles sont soumises à une convention collective de travail (CCT) signée avec les syndicats du secteur. Ces 489 firmes occupent 51'155 personnes, soit 86,5% des travailleurs de l'horlogerie.

Vers une stabilisation des effectifs

Malgré ces bons résultats, la faîtière des employeurs de l'industrie horlogère et microtechnique modère son enthousiasme. L'année 2014 a été marquée par un ralentissement. La baisse des exportations en Asie et des conflits géopolitiques sur certains marchés ont entraîné des licenciements et des mesures de chômage partiel fin 2014.

Un climat d'incertitude encore accentué par l'abandon du cours plancher de l'euro au début de cette année par la Banque nationale suisse. Dans ce contexte, la CP prévoit une stabilisation des effectifs ces prochains mois.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.