Emmi a vu son bénéfice reculer d'un quart en 2014

Emmi, après des profits amputés en 2014, attend un recul des ventes

Photo: Keystone

Emmi a vu sa rentabilité amputée d'un bon quart en 2014, pénalisée en particulier par un correctif de valeur sur sa filiale italienne Trentinalatte. Après une hausse des ventes l'an dernier, le numéro un des produits laitiers en Suisse s'attend à un recul en 2015.

Emmi a fait état d'un bénéfice net de 78,9 millions de francs, en chute de 24,6% par rapport à 2013. Sans la correction chez Trentinalatte, l'exercice 2014 aurait été très positif, a déclaré mardi le président du conseil d'administration d'Emmi, Konrad Graber, devant la presse au nouveau siège de l'entreprise à Lucerne.

L'été dernier déjà, la direction avait prévenu des effets négatifs liés à Trentinalatte. La correction de valeur au premier semestre due aux difficultés sur le marché italien du yogourt, puis la vente en octobre du fabricant, ont pesé environ 43 millions de francs.

Au final, le résultat avant intérêts et impôts (EBIT) s'est replié de 19,2% à 136,2 millions de francs. 'Le troisième meilleur résultat malgré tout', a indiqué le directeur général Urs Riedener. La marge s'est réduite à 4%. Hors éléments uniques toutefois, l'EBIT a crû de 6,7% à 170,7 millions et le profit net de 12,1% à 109,4 millions.

Prévisions abaissées

Comme publié en février, les ventes se sont étoffées de 3,2% l'an dernier (3% en termes organiques), à 3,4 milliards de francs. La grosse production laitière a gonflé les exportations visant à écouler les excédents de beurre et de lait. Sans cet effet, la croissance organique du groupe ressort à 2,5%.

Or, depuis la décision de la Banque nationale suisse du 15 janvier, Emmi a revu à la baisse ses prévisions pour l'année, malgré un bon début. Avec des exportations se chiffrant à 400 millions de francs, la société anticipe un recul du chiffre d’affaires entre -2% et -3% en termes organiques. Elle prévoit un résultat EBIT de 150 à 160 millions et une marge bénéficiaire de 3%.

Les ventes de la division Europe devraient se contracter entre -4% et -6%. En Suisse, elles devraient fléchir de -2% à -3%, en raison du tourisme d’achat mais aussi d'une baisse du chiffre d’affaires dans la restauration faute de visiteurs étrangers.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.