Glencore réduit sa production de zinc - 1500 emplois à la trappe

Glencore réduit sa production de zinc - 1500 emplois à la trappe

Photo: Keystone

Toujours sous le coup de la baisse des prix des matières premières, Glencore réduit sa production de zinc. Le géant zougois, qui doit aussi faire face aux doutes des marchés financiers, va ainsi supprimer plus de 1500 emplois en Australie et en Amérique du Sud.

La production sera réduite de 500'000 tonnes, un volume représentant 4% de l'offre mondiale, a précisé dans la nuit de jeudi à vendredi le groupe établi à Baar. Ce dernier motive la mesure, qui vise à préserver ses réserves, par la baisse des cours du zinc et du plomb ces derniers mois.

Selon des analystes cités par Reuters, les cours du zinc ont chuté de 30% depuis mai dernier, atteignant leur plus bas niveau en cinq ans. La mesure, qui fait suite à d'autres adaptations au niveau des capacités d'extraction du groupe, notamment pour le cuivre, entraînera une réduction de la production de zinc de Glencore à 100'000 tonnes au 4e trimestre.

L'annonce de Glencore s'est traduite sur les marchés par une forte hausse des cours du zinc, la tonne de ce métal de couleur gris-bleu se négociait ainsi vendredi matin à 1777 dollars, en hausse de 6,6%. Le zinc est notamment utilisé dans le processus de galvanisation, en vue de protéger le fer de la corrosion.

Fermetures temporaires

Le zinc figure également au rang des composants des piles. Le métal entre aussi dans la composition d'alliages, tels que le laiton, avec le cuivre. Il est encore utilisé dans les travaux de couverture des bâtiments ainsi que dans l'agriculture.

Dans le détail, Glencore va suspendre ses activités dans les mines de Lady Loretta, en Australie et Iscaycruz, au Pérou. Les niveaux d'extraction seront réduits dans les mines de George Fisher et McArthur River, également aux antipodes ainsi que sur différents sites au Kazakhstan.

En Australie, 540 emplois seront supprimés et 1000 en Amérique du Sud. Glencore, qui fait part d'une décision difficile à prendre, entend ouvrir des discussions avec les employés concernés, tout en assurant sa volonté de les soutenir.

Le groupe de Suisse centrale souligne qu'il s'agit d'une mesure temporaire. Ce dernier se veut optimiste quant aux perspectives à moyen et long terme pour les prix du zinc, du cuivre et de l'argent.

Investisseurs dans le doute

Ces dernières semaines, Glencore a notamment annoncé la fermeture temporaire de sa mine de platine en Afrique du Sud, avec la suppression de 818 emplois. Glencore, dont le titre a chuté d'environ 60% cette année dans l'inquiétude liée à la chute des cours et au poids de la dette, avait déclaré en août qu'il envisageait de fermer la mine.

Auparavant, soit début septembre, le groupe a présenté toute une série de mesures en vue de ramener son endettement de 30 à 20 milliards de dollars. Glencore a entre autres prévu des cessions d'actifs, une baisse des investissements et la suspension du dividende.

A cela est venue s'ajouter une augmentation de capital de 2,5 milliards de dollars, bouclée sans difficulté particulière il y a trois semaines. Malgré ces mesures visant à rassurer les marchés, l'action Glencore a plongé de près de 30% il y a un peu plus d'une semaine.

Le titre de multinationale était ainsi tombé à son plus bas niveau historique en raison des craintes persistantes sur la capacité du groupe à réduire suffisamment sa dette pour supporter l'impact de la baisse prolongée des cours des métaux. L'action de la multinationale zougoise a ensuite regagné quasiment tout le terrain perdu au cours des deux séances suivantes.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.