HSBC: le bénéfice net a diminué de 15% en 2014 à cause d'amendes

HSBC: le bénéfice net a diminué de 15% en 2014 à cause d'amendes

Photo: Keystone

HSBC a fait état lundi d'une baisse de 15% de son bénéfice net en 2014 à 13,7 milliards de dollars (13 milliards de francs), en raison d'une série d'amendes versées aux autorités de régulation. Cette annonce intervient au moment où le géant bancaire britannique affronte la tempête du SwissLeaks.

Le groupe bancaire a expliqué avoir enregistré de moindres revenus de ses ventes d'actifs par rapport à 2013 et avoir subi 'l'impact négatif, à la fois sur (ses) revenus et sur (ses) coûts, d'éléments significatifs comme des amendes, règlements, réparations à des clients britanniques et des provisions associées'.

Le chiffre d'affaires de HSBC s'est effrité de 5,3% à 61,2 milliards de dollars. Pour l'année 2015, le groupe a prévenu que le climat des affaires dans le monde pâtirait d''un large éventail d'incertitudes et de défis, dont la plupart ne dépendent pas de nous'.

Parmi ces facteurs perturbants, il a cité 'la résultante des tensions géopolitiques, les incertitudes à propos de la zone euro, les changements politiques (...) et l'efficacité des politiques non conventionnelles des banques centrales'.

Le groupe a ajouté qu'il publiait lundi une étude à propos de l'éventuelle sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, à propos de laquelle le Premier ministre britannique David Cameron, candidat à sa succession lors des élections de mai, a promis un référendum. D'après la banque, il serait 'beaucoup moins risqué' pour le pays de travailler à la réforme de l'UE de l'intérieur plutôt que de tenter une aventure solitaire.

Environnement plus difficile

Au-delà de 2015, le groupe a abaissé ses objectifs financiers à moyen terme pour tenir compte d'un 'environnement de travail' plus difficile qu'attendu.

Le directeur général de HSBC, Stuart Gulliver, a renouvelé par ailleurs ses excuses pour l'affaire du 'SwissLeaks', un scandale d'évasion fiscale via la Suisse portant sur quelque 180 milliards d'euros de riches clients entre novembre 2006 et mars 2007.

Dimanche, le quotidien britannique 'Guardian' a affirmé que M. Gulliver possédait lui-même un compte garni de millions de dollars en Suisse.

La banque a confirmé, mais précisé que ce compte avait été déclaré par l'intéressé auprès des autorités fiscales britanniques depuis des années. Elle a ajouté que M. Gulliver avait ouvert ce compte en 1998, pour y déposer des bonus de rémunération touchés dans le cadre de ses fonctions dans la banque.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.