HSBC: un évident soupçon de blanchiment d'argent pour Dick Marty

HSBC: seule la partie émergée de l'iceberg a été révélée (Falciani)

Photo: Keystone

Les journalistes qui ont révélé le scandale de fraude fiscale de HSBC Suisse n'ont eu accès qu'à la 'partie émergée de l'iceberg', assure mardi au 'Parisien' l'ex-informaticien franco-italien de HSBC Hervé Falciani. 'L'administration fiscale en a eu encore bien plus', ajoute-t-il.

Le lanceur d'alerte, visé par un mandat d'arrêt international lancé par la Suisse pour violation de son secret bancaire, affirme que les journalistes n'ont eu accès qu'à 'une partie' des informations qu'il a transmises à l'Etat français.

Interrogé sur les 106'000 clients particuliers que 'Le Monde' dit avoir détectés, M. Falciani affirme: 'Ce n'est que la partie émergée de l'iceberg... il y en a encore plus que ce qu'ont les journalistes. Plusieurs millions de transactions (NDLR : entre banques) sont également répertoriées dans les documents que j'ai transmis. Ces chiffres peuvent donner une idée de ce que peut être le dessous de l'iceberg.'

L'ancien procureur général du Tessin, Dick Marty, réclame pour sa part l'ouverture d'une enquête pénale en Suisse contre la filiale suisse de la banque britannique HSBC. Il y a un 'évident soupçon de blanchiment d'argent', affirme-t-il dans 'Le Courrier' et 'La Liberté'.

'Nous ne sommes pas au bout des révélations, notamment concernant le blanchiment de l'argent de la drogue', ajoute-t-il.

FINMA critiquée

M. Marty critique vertement l'autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (FINMA), qui 'ne voit pas passer un éléphant', quand 'il s'agit d'une tricherie énorme'. Par contre, elle 'pinaille volontiers quand il s'agit de petits dysfonctionnements', relève-t-il.

La filiale suisse de HSBC était lundi au centre d'un vaste scandale après que plusieurs journaux ont assuré qu'elle avait aidé certains de ses clients, notamment de riches industriels et des personnalités politiques, à cacher des milliards de dollars pour leur éviter de payer des impôts. La banque a également abrité, jusque récemment, l’argent de narcotrafiquants et de financiers du terrorisme.

HSBC Suisse s'est retrouvée à plusieurs reprises dans le collimateur de la FINMA ces dernières années. Cette dernière a mené deux enquêtes administratives sur des affaires de blanchiment d'argent. A une reprise, l'autorité de surveillance a adressé un blâme à l'établissement bancaire lorsque M. Falciani avait subtilisé, entre 2006 et 2007, des données de clients.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.