L'Italie et la Suisse tirent désormais à la même corde

L'Italie et la Suisse tirent désormais à la même corde

Photo: Keystone

La stratégie italienne de développement des trains express a eu des répercussions sur la Suisse: les lignes censées relier le nord de la Péninsule au Gothard ont pris du retard. Mais les deux pays tirent désormais à la même corde, selon les autorités helvétiques.

L'Office fédéral des transports (OFT), à l'occasion d'une rencontre avec les médias mardi à Rome, a souligné les liens créés entre la Suisse et l'Italie grâce à la construction du tunnel. Des liens déjà anciens et importants.

Mais l'OFT a aussi relevé que les voies d'accès italiennes aux Nouvelles liaisons ferroviaires à travers les Alpes (NLFA) n'ont pas été développées aussi vite que prévu. L'Italie s'est concentrée sur son réseau de trains à grande vitesse ces dernières années. Elle a investi 35 milliards d'euros dans le domaine, a indiqué Alessandro Fattorini, de l'OFT.

Cette stratégie a des inconvénients pour la Suisse. Car le temps presse, si l'on veut accélérer le transfert du transport de marchandises de la route au rail sur l'axe Rotterdam (NL) - Gênes (I). D'ici 2030, on s'attend à passer de 25 à 40 millions de tonnes de marchandises transportées via les Alpes.

Et Gênes est le 'port naturel' de la Suisse, a déclaré l'ambassadeur de Suisse en Italie, Giancarlo Kessler. 'Il est dans notre intérêt que ces lignes soient donc développées aussi vite que possible.'

Dans le même bateau

Le diplomate reconnaît un changement de direction dans la politique italienne des transports. On investit peu à peu dans le développement du transport de marchandises et des pendulaires. 'On est désormais dans le même bateau', a-t-il estimé, faisant référence à la politique suisse de transfert de la route au rail.

Le chantier stratégique est le 'Terzo Valico dei Giovi', qui a pour les Italiens la même importance que le tunnel de base du Gothard pour la Suisse. Un tube de 37 kilomètres est percé en ce moment dans le nord de la chaîne des Apennins, afin de mieux connecter Gênes et Milan. Les travaux coûtent au total 6,2 milliards d'euros et devraient se terminer en 2021.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.