L'avion Solar Impulse 2 décolle d'Abou Dhabi pour son tour du monde

Atterrissage de Solar Impulse 2 à Mascate

Photo: Keystone

L'avion Solar Impulse 2 a atterri lundi soir sans encombre au sultanat d'Oman, a constaté un photographe de l'AFP. L'appareil à énergie uniquement solaire a mis 13 heures et deux minutes pour relier Abou Dhabi, capitale des Emirats arabes unis, à Mascate, capitale du sultanat d'Oman.

André Borschberg était aux commandes de l'avion pour cette première de douze étapes dans le tour du monde qui doit durer cinq mois. Lorsque la porte du cockpit s'est ouverte, le pilote a été salué par Bertrand Piccard, coiffé d'un turban traditionnel omanais.

Bertrand Piccard doit le relayer pour l'étape suivante, entre Mascate et Ahmedabad, en Inde, prévue mardi. Après l'Inde viendra la Birmanie, avant la plus longue étape du trajet: cinq jours consécutifs de vol pour un seul pilote chargé de rallier Nankin, en Chine, à l'archipel américain d'Hawaï, dans le Pacifique.

Retard à l'allumage

L'appareil révolutionnaire a pris son envol à 07h12 (04h12 en Suisse) de la capitale des Emirats arabes unis peu après le lever du jour. Une légère brise balayait alors le tarmac du petit aéroport d'Al-Bateen.

Le décollage d'Abou Dhabi, prévu initialement samedi, a été retardé en raison de vents forts qui ont soufflé sur la région pendant le week-end. L'appareil est parti avec 42 minutes de retard sur l'horaire prévu. 'Une alarme s'était allumée en raison d'un problème de connecteur', a précisé Bertrand Piccard.

Message politique

Le tour du monde est l'aboutissement de douze années de recherches menées par les deux pilotes suisses qui, outre l'exploit scientifique, cherchent à véhiculer un message politique.

Peu après le décollage, le conseiller fédéral Didier Burkhalter a salué l''aventure pionnière' que constitue le voyage de Solar Impulse 2. Il va 'montrer aux jeunes générations que des horizons apparemment inaccessibles hier sont déjà à notre portée aujourd’hui', a-t-il ajouté, cité dans un communiqué du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE).

'Nous voulons partager notre vision d'un avenir propre', a déclaré de son côté Bertrand Piccard. 'Le changement climatique offre une fantastique opportunité pour apporter sur le marché de nouvelles technologies vertes' qui aideront à 'préserver les ressources naturelles de notre planète, créer des emplois et soutenir la croissance' économique.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.