L'écart salarial s'est à nouveau aggravé en 2015

L'écart salarial s'est à nouveau aggravé en 2015

Photo: Keystone

L'écart salarial s'est aggravé en 2015 comme jamais depuis cinq ans, malgré l'acceptation de l'initiative sur les rémunérations abusives. Travail.Suisse appelle les autorités politiques à mettre un terme à ces excès.

Les patrons s'accordent des hausses substantielles alors que dans la tranche des bas revenus, la pression sur les salaires, l'insécurité et la peur de perdre son travail ne cessent de croître, a dénoncé lundi Travail.Suisse dans son étude menée pour la douzième année consécutive.

Les salaires des dirigeants ont fait un grand bond en avant en 2015. L'écart salarial s'est accentué dans 19 entreprises sur les 27 examinées par Travail.Suisse. La première place de ce classement revient au patron de Credit Suisse, Tidjane Thiam.

Sa rémunération s'est élevée à 20,3 millions de francs en tenant compte de la prime d'entrée en fonction qu'il a reçue sous la forme d'une compensation des bonus perdus auprès de son ancien employeur. Chez le numéro deux bancaire helvétique, l'écart salarial avec le plus bas revenu chez le numéro deux bancaire s'est creusé à 1:363.

Dans plus de deux tiers des entreprises examinées, l'écart salarial s'est accentué et on peut s'attendre à une nouvelle flambée des bonus, estime Travail.Suisse. Credit Suisse (1:363), UBS (1:275) et Roche (1:273) affichent des écarts salariaux similaires à ceux de 2010.

Méfiance vis-à-vis de l'économie

Les résultats montrent clairement que l'initiative Minder contre les rémunérations abusives est restée sans effet, souligne le syndicat. Selon Travail.Suisse, de tels écarts salariaux conduisent la population à prendre ses distances par rapport à l'économie.

La politique doit prendre de toute urgence des mesures afin de restaurer la confiance. Le syndicat plaide pour une révision du droit de la société anonyme afin d'empêcher le versement d'indemnités d'entrée en fonction et de départ.

Cette mesure risquant d'être insuffisante, Travail.Suisse réclame l'introduction de la transparence fiscale pour les hauts salaires et l'ouverture d'un débat politique sur la contribution de solidarité.

Le syndicat demande également l'amélioration de la protection des salaires et des places de travail. Il exige en outre l'abandon de la politique fiscale favorable aux entreprises. Travail.Suisse soutiendra le référendum sur la réforme de l'imposition des entreprises.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.