La BCE va débuter son programme de rachat de dettes lundi

La BCE va débuter son programme de rachat de dettes lundi

Photo: Keystone

La Banque centrale européenne (BCE) va débuter son programme de rachat de dettes lundi et le poursuivra 'jusqu'à ce qu'il y ait un changement durable de la trajectoire d'inflation'. L'institution de Francfort a par ailleurs relevé ses prévisions de croissance pour 2015 et 2016.

'Nous commencerons le 9 mars 2015 à acheter' des titres de dettes publiques et d'autres titres du secteur privé sur le marché secondaire, a déclaré jeudi le président Mario Draghi de la BCE devant la presse à Nicosie. L'annonce de cette mesure a déjà eu 'un certain nombre d'effets positifs' sur la zone euro. Le président de la BCE s'exprimait à l'issue de la réunion du Conseil des gouverneurs, qui s'est tenue cette fois à Chypre.

La BCE avait annoncé ce programme en janvier, avec l'objectif d'injecter 60 milliards d'euros (64,3 milliards de francs) par mois dans l'économie de la zone euro jusqu'en septembre 2016 au moins. Avec ce programme 'd'assouplissement quantitatif', connu aussi sous son acronyme anglais 'QE', la BCE prévoit de débourser au moins 1140 milliards d'euros en rachats de titres.

La date de septembre 2016 n'est toutefois pas une fin en soi, comme l'avaient répété plusieurs membres de la BCE ces dernières semaines. Le programme sera prolongé 'au-delà si besoin', a expliqué Mario Draghi. Jusqu'à ce que la BCE observe un 'ajustement continu de l'inflation' vers la cible fixée par le gardien de l'euro, soit 'proche mais en dessous' des 2%.

Loin de l'objectif d'inflation

La zone euro reste pour l'instant très éloignée de cet objectif d'inflation. Les prix ont reculé de 0,3% en février après une baisse de 0,6% en janvier.

La banque centrale a aussi estimé que les prix à la consommation devraient rester inchangés cette année, alors qu'elle attendait en décembre une inflation de 0,7%. Celle-ci devrait repartir en 2016, et plus rapidement qu'attendu il y a trois mois, pour atteindre 1,5% contre 1,3% dans les prévisions antérieures. Elle devrait ressortir à 1,8% en 2017, tout près donc de l'objectif.

La moitié seulement des économistes interrogés la semaine dernière par Reuters ont dit s'attendre à ce que les achats d'obligations ramènent l'inflation vers l'objectif. Et la moitié d'entre eux pensent que le QE devra être prolongé au-delà de septembre 2016.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.