La FINMA pas tout à fait contente de l'attitude de la finance

La FINMA pas tout à fait contente de l'attitude de la finance

Photo: Keystone

Le directeur de la FINMA, Mark Branson, n'est 'pas tout à fait' satisfait du comportement du secteur financier suisse en 2015. Chaque scandale, dans lequel 'la place financière helvétique est impliquée, porte un tort considérable à l'image de la Suisse', avertit-il.

Or, 'durant ces dernières années post-crise financière, nous avons observé de nombreux exemples de comportements inadmissibles' de la part de certains banquiers, explique le directeur de l'Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (FINMA) dans un entretien diffusé dimanche par le journal Le Matin Dimanche.

M. Branson rappelle pour preuve les interdictions d'exercer prononcées par la FINMA à l'encontre de six anciens banquiers d'UBS actifs dans les opérations sur devises et métaux précieux, l'enquête lancée par l'autorité de surveillance autour du groupe pétrolier brésilien Petrobras en lien avec le blanchiment d'argent ou encore la sanction contre l'assureur maladie Groupe Mutuel, qui percevait des primes trop élevées ou octroyait des rabais trop importants.

Tirer les leçons

Si M. Branson relève que les banques 'renforcent sans doute leurs filets de contrôles', il souhaiterait 'qu'elles agissent plus vite et qu'elles en tirent elles-mêmes les leçons'.

Interrogé sur les nombreuses sanctions prononcées par la FINMA ces derniers temps, le responsable estime que l'autorité de surveillance ne voulait pas 'épater la galerie', mais punir des personnes ou des entités, qui étaient responsables de violations du droit.

'Si, à l'avenir, les employés du secteur bancaire se demandent, quelles seraient les conséquences pour leur carrière de transgresser les règles, c’est que la FINMA a déjà atteint l’un de ses buts', indique-t-il.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.