La Grèce a fait défaut sur sa dette vis-à-vis du FMI (officiel)

La Grèce a fait défaut sur sa dette vis-à-vis du FMI

Photo: Keystone

La Grèce s'est enfoncée mardi encore plus dans la crise, le pays ayant été contraint, faute d'extension de l'aide financière européenne, à faire défaut sur sa dette vis-à-vis du FMI. Athènes n'a désormais plus accès aux ressources financières du fonds.

A court d'argent, le gouvernement grec n'a pas pu honorer le remboursement de 1,5 milliard d'euros dus à l'institution financière. Cet accident de paiement, d'un montant sans précédent dans l'histoire du FMI, fait de la Grèce le premier pays développé en situation d'arriéré de paiement vis-à-vis du fonds.

'Je confirme que le remboursement (...) dû au FMI par la Grèce aujourd'hui n'a pas été reçu', a indiqué un porte-parole de l'institution. Conséquence immédiate: Athènes est privé d'accès aux ressources financières du FMI et le restera tant qu'il n'aura pas épuré sa dette envers le fonds qui essuie, lui, le plus lourd défaut de son histoire.

Fin de l'aide européenne

Parallèlement, le volet européen du plan d'aide à la Grèce a comme prévu pris fin à minuit, privant le pays de 16 milliards d'euros d'aide en tous genres (prêts, bénéfices sur les obligations détenues par la BCE, fonds pour les aides).

L'Eurogroupe doit se réunir mercredi matin pour examiner les propositions d'Athènes qui a demandé mardi un nouveau plan d'assistance financière.

Privé d'argent frais des institutions (FMI, UE, BCE) qui l'ont mis sous perfusion financière depuis 2010, le pays ne doit désormais plus sa survie financière qu'à l'aide d'urgence apportée à ses banques par la BCE.

Fitch rétrograde

Les conséquences sont difficiles à prévoir, mais le département américain du trésor a immédiatement réagi après le défaut de la Grèce, en appelant tous les protagonistes de la crise à faire en sorte qu'Athènes reste dans la zone euro.

Peu avant l'annonce du défaut de la Grèce, Fitch Ratings avait revu en baisse la note souveraine du pays, qui passe de 'CCC' à 'CC', à deux crans du 'défaut sélectif'. 'Nous jugeons désormais qu'un défaut de la dette de l'Etat détenue par les créanciers privés est probable', a écrit l'agence de notation.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.