La justice américaine valide un second biosimilaire de Novartis

La justice américaine valide un second biosimilaire de Novartis

Photo: Keystone

Sandoz, la filiale du géant pharmaceutique bâlois Novartis pourra commercialiser son médicament biosimilaire Erelzi. Elle a obtenu le feu vert des autorités américaines pour ce traitement contre diverses maladies inflammatoires.

L'agence américaine des médicaments, la Food and drug administration (FDA) a autorisé ce médicament pour plusieurs indications, dont l'arthrite rhumatoïde, le psoriasis en plaque ou encore la spondylarthrite ankylosante, a indiqué Novartis, mardi soir dans un communiqué. Au début du mois de juillet, un comité de la FDA en avait recommandé l'homologation.

'Nous nous ingénions à commercialiser l'Erelzi sur le marché américain dès que possible', a déclaré Carol Lynch, directrice mondiale de la biopharmacie de Sandoz, citée dans le texte.

L'Erelzi est une version générique et biosimilaire du traitement des maladies auto-immunes Enbrel, développé par le numéro un mondial des biotechnologies Amgen. Selon le dernier bilan trimestriel, les ventes d'Enbrel représentaient 1,39 milliard de dollars.

Précédent

L'Erelzi est le deuxième des médicaments biosimilaires de Sandoz homologués aux Etats-Unis après le Zarxio en septembre de l'an dernier. Ce dernier était lui aussi une version générique et biosimilaire d'un traitement développé par Amgen, le Neupogen. La biotech, qui avait saisi la justice, n'en avait finalement pas obtenu l'interdiction.

Parce qu'ils sont réalisés à partir de cellules vivantes, les biosimilaires ne sont pas considérés comme des copies exactes de produits existants. Les assureurs aux Etats-Unis espèrent que ces produits, vendus depuis 2006 en Europe, seront 40 ou 50% moins chers que ceux auxquels ils peuvent se substituer.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.