Lauréats du Swiss Press Award pour le journalisme local dévoilés

Lauréats du Swiss Press Award pour le journalisme local dévoilés

Photo: Keystone

Les femmes ont collectionné les récompenses lors du Swiss Press Award pour le journalisme local de cette année. Les prix ont été décernés mercredi soir à Berne en présence de la conseillère fédérale Simonetta Sommaruga.

En presse écrite, le premier prix est revenu à Sophie Roselli de la Tribune de Genève pour son article sur les jeunes sur le chemin du djihad. Elle a interrogé policiers, spécialistes de l'islam, responsables de la mosquée et fidèles.

Le reportage d'Anetka Mühlemann de 24heures.ch sur les toits en tavillons est le meilleur reportage dans la catégorie online. La journaliste a suivi l'un des derniers détenteurs vaudois de ce savoir-faire. Le reportage complet est surtout riche de toutes les techniques de l'online: textes, photo, vidéo, interviews, ont souligné les organisateurs.

Le meilleur reportage vidéo a été produit par Prisca Häberli, de TeleBärn, sur le mobbing dans l'école de Roggwil (BE). Mathieu Klee du journal régional bâlois de la SRF, a décroché le prix dans la catégorie radio: il avait découvert que l'organisme de contrôle contre le travail au noir à Bâle-Campagne trichait avec l'argent public.

Le Swiss Press Award a aussi été décerné pour la deuxième année à un photographe. Niels Ackermann a reçu cette récompense pour ses photographies d'un jeune couple habitant à la limite de la zone d'exclusion de Tchernobyl. La série a été publiée par L'Hebdo, Le Temps, la SonntagsZeitung et Das Magazin. Chaque lauréat a reçu la somme de 20'00 francs.

Rythmes 'infernaux'

La révolution digitale a changé le journalisme, a rappelé la conseillère fédérale Simonetta Sommaruga dans son discours. Malgré les conditions de travail qui se dégradent et 'les rythmes de publication qui deviennent infernaux', nous avons toujours besoin de journalistes travaillant avec curiosité et persévérance à dévoiler ce que d’autres s’efforcent de dissimuler, exerçant avec passion un métier dans lequel il faut parfois savoir être dérangeant.

La chef du Département fédéral de justice et police a en outre émis certaines critiques. Elle a notamment relevé que des thèmes et événements majeurs sont écartés au bout de quelques heures parce qu'ils ne génèrent pas assez de clics sur internet, une évolution regrettable selon elle.

Progrès technique ou régression journalistique

Mme Sommaruga s'étonne que des analyses portant sur d'importantes décisions du gouvernement puissent être mises en ligne dix minutes après la fin de la conférence de presse. Ce délai ne permet pas de réfléchir, de questionner, de vérifier et de hiérarchiser, d'après elle.

'Lorsque des conférences de presse sur des sujets politiques complexes sont commentées en direct dans un live ticker, je me demande s’il s’agit d’un progrès technologique ou d’une régression du journalisme', a déclaré Simonetta Sommaruga.

En Suisse, plus de 80% des citoyens qui votent s'informent dans la presse écrite pour se forger une opinion, sleon une analyse récente de VOX évoquée par Mme Sommaruga. 'Les journalistes jouent un rôle essentiel' d'après elle, ils se doivent donc de présenter des textes de qualité.

Avec le Swiss Press Award récompensant des productions de la presse écrite, online, radio, vidéo et photographie, la Fondation Reinhardt von Graffenried honore depuis 30 ans les professionnels des médias qui ont réalisé des prestations remarquables dans le domaine du journalisme local ou de la photographie de presse en Suisse.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.