Le gouvernement ne veut pas de traitement de choc du franc fort

Le gouvernement ne veut pas de traitement de choc du franc fort

Photo: Keystone

Le Conseil national débattra la semaine prochaine du franc fort et de ses conséquences. Dans ses réponses aux questions des groupes parlementaires publiées cette nuit , le Conseil fédéral entend maintenir le cap sans recettes chocs.

L'abolition du taux plancher du franc par rapport à l'euro en janvier suscite bien des craintes auprès des partis. Ils y voient aussi l'occasion de présenter leurs recettes pour soutenir l'économie. Les partis de droite misent sur la déréglementation et des allégements fiscaux, alors que la gauche parle de contrôle des mouvements des capitaux et revendique une meilleure protection des travailleurs.

'Mesures rapides et ciblées'

Dans ses réponses à sept interpellations urgentes des groupes UDC, PLR, PDC/PEV (2), PVL, PS et Verts, le Conseil fédéral répète sa position. Fondamentalement, hormis des mesures de politique monétaire, il n'y a 'guère de mesures rapides et ciblées' pour compenser 'à court terme' la force du franc.

La seule chose qui est possible pour le gouvernement: 'faire bénéficier les entreprises des meilleures conditions-cadres possible et améliorer celles-ci de manière ciblée'. 'Le maintien de la voie bilatérale avec l'UE s'inscrit aussi dans cette optique, écrit le Conseil fédéral à l'UDC.

Ce dernier fera le point à nouveau sur la base des prochaines prévisions conjoncturelles des experts de la Confédération, attendues le 19 mars. Il dit suivre la situation en continu pour voir s'il y a lieu de prendre des mesures.

Dégâts 'limités' à 1,10

Le Conseil fédéral défend aussi la libre circulation des capitaux que les Verts aimeraient limiter. Un contrôle des mouvements des capitaux ou une taxe sur les transactions financières pourraient avoir des répercussions néfastes sur l'économie suisse.

Aux demandes du PLR et de l'UDC de geler les embauches du personnel de l'Etat, le gouvernement rappelle le gel de la croissance des effectifs prônés dans le budget 2016.

Le Conseil fédéral se prononce aussi sur le cours du change. Si le cours de l'euro fluctuait autour de 1,10 franc ou plus, les 'effets négatifs sur le commerce extérieur et le PIB seraient perceptibles, mais resteraient limités'.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.