Le patron de Debiopharm veut créer « un écosystème de la santé »

Le patron de Debiopharm veut créer

Photo: Keystone

L'arc lémanique a tous les atouts pour devenir un 'écosystème de la santé', selon Thierry Mauvernay. Une évolution que le patron de Debiopharm juge nécessaire pour pouvoir continuer de répondre aux nouvelles exigences des patients.

'Aujourd'hui, la santé est une conquête', lance Thierry Mauvernay dans un entretien au Matin Dimanche. 'Nos patients ne veulent pas acheter de médicaments, mais un état de santé', qui passe également par le sport et l'alimentation. Le secteur pharmaceutique doit avoir une approche plus globale de l'individu.

Une constellation de métiers

Pour se positionner dans cette 'nouvelle philosophie de vie', l'administrateur délégué du groupe vaudois spécialisé dans la biopharmaceutique prône la création d'un 'écosystème de la santé, doté d'au moins une dizaines d'entreprises fortes'. 'Des pharmas, auxquelles viennent s'agréger des PME, des startups et toute une constellation de métiers'.

L'arc lémanique possède tous ces atouts. Outre les pharmas et les medtechs, très présentes dans la région, Thierry Mauvernay cite les hôpitaux universitaires, des écoles de premier plan comme l'EPFL et l'IMD, l'Organisation mondiale de la santé (OMS), ou encore le géant de l'alimentation Nestlé.

Impulsion politique nécessaire

Pour permettre cette évolution, l'entrepreneur de 62 ans en appelle à 'un signal politique fort'. A côté de fonds privés, fournis par des sociétés de capital-risque, des fonds publics sont aussi nécessaires. 'Les jeunes sociétés ont autant besoin d'expertise industrielle et managériale que de capitaux, ce que ces fonds peuvent apporter'.

Sur le plan fiscal, également, il juge la Suisse peu compétitive avec d'autres pays. 'Surtout si l'on ajoute toutes les aides à l'innovation et à la recherche disponibles dans la plupart des pays industrialisés'.

La Suisse, pays de la pharma, est stable, avec un personnel de haut niveau et un monde académique fort. Un tableau idyllique toutefois entaché par les départs ces trois dernières années de Merck Serono, Alexion et Shire, qui appellent à réagir, insiste Thierry Mauvernay.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.