Le patron de la FINMA veut adapter le système d'audit des banques

Le patron de la FINMA veut adapter le système d'audit des banques

Photo: Keystone

Le patron de la FINMA, Mark Branson, suggère de changer le système d'audit qui contrôle les banques. Car 'on ne peut nier un certain conflit d'intérêts', confie-t-il.

Les sociétés de révision font des contrôles pour l'Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers, mais sont pour l'heure rémunérées par leur mandataire: les banques. Le conflit est d'autant plus grand 'quand un organe de révision est censé nous annoncer un mauvais comportement', constate le directeur de la FINMA lors d'un entretien avec Le Matin Dimanche et la SonntagsZeitung.

Mark Branson souhaiterait donc que la FINMA soit l'organe mandataire. Concrètement il veut pouvoir décider lui-même quel cabinet de révision inspecte quelle banque.

Même si elle requiert un changement législatif, l'idée n'est pas 'mauvaise', relève-t-il. Car selon lui, le gendarme financier peut améliorer le rapport coût efficacité des contrôles des réviseurs externes qu'il estime 'pas optimal'. Et le Britannique de rappeler que 'l'industrie bancaire paie chaque année 110 millions pour ce type de révision'.

Taux négatifs

Par ailleurs, Mark Branson se dit préoccupé par les taux d'intérêt négatifs qui pèsent sur les banques et leurs bénéfices. Si les taux baissent encore, 'il y a un risque réel' que les petits clients en subissent les conséquences et doivent payer des intérêts sur leurs comptes épargne.

'Ce serait un scénario inquiétant. Et personne ne peut vraiment prévoir comment les clients réagiraient', relève le patron de la FINMA. Il craint que certains clients ne retirent alors leur argent des banques, ce qui 'pourrait avoir des conséquences très graves et difficiles à anticiper' pour le refinancement des activités bancaires.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.