Le prix du café a augmenté de 4 centimes en Suisse alémanique

Le prix du café a augmenté de 4 centimes en Suisse alémanique

Photo: Keystone

Le prix du café a une nouvelle fois augmenté cette année en Suisse alémanique. Les tarifs affichés y sont les plus élevés en ville de Zurich, avec une moyenne de 4,38 francs, deux centimes de plus qu'en 2013. En Suisse romande, il reste généralement moins cher.

En moyenne, en Suisse alémanique un café crème, la boisson chaude la plus consommée, coûte 4,20 francs, soit quatre centimes de plus qu'en 2014, a indiqué lundi à Zurich l'association uniquement active outre-Sarine. Les établissements romands sont eux représentés par les sections de GastroSuisse.

De manière générale, le prix du café est moins élevé en Suisse romande. A Berne, seul canton bilingue dans lequel l'association faîtière est présente, il est affiché sur les cartes en dessous de 4 francs, soit 3,92 francs en moyenne. Ce montant, stable au regard de l'an passé, est le plus bas outre-Sarine.

Le prix moins élevé du canton de Berne s'explique par la proximité de la Suisse romande. En Suisse alémanique, les tarifs affichés dans les restaurants, bars et autres cafés ont continué de progresser modérément selon l'association après des hausses de trois centimes en 2014 et deux centimes en 2013.

Hausse moins forte qu'attendue

Alors que Cafetier-Suisse s'attendait à une hausse des prix plus importante cette année, la modération de l'augmentation reflète l'abandon par la Banque nationale suisse (BNS) le 15 janvier dernier du taux plancher liant franc et euro. La décision de l'institut d'émission a favorisé le tourisme d'achat et gastronomique, et de ce fait limité les hausses de prix envisagées pour le café.

Cafetier-Suisse note cependant que sur les 350 établissements sondés dans le cadre de son enquête annuelle, seuls 16% ont relevé leur prix cette année, mais parfois assez sensiblement. Pour trois quarts d'entre eux, la hausse s'est montée entre dix et vingt centimes et de 30 à 70 centimes pour la part restante.

Dans les établissements ayant augmenté les prix, le phénomène reflète un changement de tenancier ou une reprise de l'entreprise. Au final, 80% des restaurants, cafés, tea-rooms et bars ont laissé leurs tarifs inchangés et 4% les ont même baissés.

Dans la fixation des prix du café, celui de la matière première n'est pas vraiment déterminant, contrairement aux charges de personnel. Alors que le salaire minimal devrait stagner l'an prochain, l'augmentation des tarifs du petit noir additionné de lait ou de crème restera limitée outre-Sarine.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.