Légère hausse des retraits de permis en 2015

L'an dernier, 80'176 automobilistes se sont vu retirer leur permis de conduire en Suisse, soit presque 2500 de plus qu'une année auparavant. Les principaux motifs de retrait demeurent les excès de vitesse et l'alcool au volant.

Les retraits pour non-respect de la vitesse maximale autorisée ont augmenté de 2,2% par rapport à 2014, pour passer à un peu plus de 30'600 cas, tandis que ceux pour conduite en état d'ébriété ont stagné, avec un peu moins de 15'700 cas, communique mardi l'Office fédéral des routes (OFROU). Il se fonde sur les derniers chiffres de son registre automatisé des mesures administratives (ADMAS).

Excès de vitesse et alcool au volant ont aussi pénalisé de nombreux conducteurs étrangers, même si des retraits ne sont pour eux pas prononcés. Plus de 20'400 titulaires de permis internationaux se sont vu interdire la conduite d'un véhicule sur les routes suisses, la plupart après avoir dépassé la limite autorisée. C'est 2,8% de plus que l'année précédente.

Les retraits de permis sanctionnant une conduite sous l'emprise de stupéfiants ont concerné pour leur part au total 4554 personnes sur le territoire, soit 13,3% de plus qu'en 2014. Quant aux retraits pour inattention ou distraction, comme lors de l'utilisation illicite d'un téléphone portable ou du système de navigation, ils sont restés à un niveau comparable, avec un peu plus de 10'700 cas.

Durcissement salué

L'an dernier, près de 60% des retraits de permis ont été prononcés pour une durée limitée, soit pour un à trois mois. En revanche, 29,6% d'entre eux l'ont été pour une durée indéterminée, ce qui représente une augmentation de 12,7% par rapport à 2014. Depuis trois ans maintenant, ce chiffre est en hausse constante.

Le système dit 'en cascade' déploie ses effets, commente l'OFROU, évoquant un durcissement des règles 'efficace'. Alors que le nombre de permis confisqués auprès de délinquants primaires n'a que légèrement augmenté, la hausse est significative pour les récidivistes, qui voient la durée des retraits se prolonger jusqu'à se retrouver privés de leur sésame pour une durée indéterminée.

Moins d'annulations

Les cas d'annulation du permis de conduire à l'essai, introduit en 2005, sont eux une nouvelle fois moins nombreux que l'année précédente, passant de 1652 à 1505 (-8,9%). Le permis est annulé si, durant la période d’essai, le nouveau conducteur doit le rendre deux fois en raison d'infractions au code de la route.

Les examens relevant de la psychologie du trafic sont aussi en baisse, avec 4376 cas en 2015 contre 4515 l'année précédente. Cette diminution s'accompagne d'une réduction de 13,3% des retraits en raison d'un défaut d'aptitudes caractérielles à la conduite.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.