Les Bourses sur le qui-vive, malgré les mesures de relance en Chine

Les grandes places financières mondiales évoluaient en ordre dispersé mercredi après-midi. Les investisseurs s'interrogent sur les mesures de relance de l'économie chinoise prises la veille par Pékin.

Les marchés européens se sont montrés très hésitants. Ils ont évolué pour la plupart en légère baisse, alors qu'au contraire Wall Street rebondissait nettement.

La Bourse suisse a suivi une tendance négative. Vers 16h30, l'indice SMI des 20 valeurs vedettes affichait une baisse de 1,28% à 8646,59 points.

La Bourse de Shanghai a de son côté une nouvelle fois terminé en territoire négatif. Elle s'est trouvée incapable de se reprendre après sa récente dégringolade.

Injection massive de liquidités

'Malgré l'intervention de la Banque Populaire de Chine, les inquiétudes persistent sur la santé de la deuxième puissance économique mondiale. Les mesures adoptées pourraient se montrer trop timides pour relancer durablement l'économie', estiment dans une note les analystes de Saxo Banque.

La banque centrale chinoise (PBOC) a réduit le taux d'emprunt à un an de 25 points de base, tout en abaissant les ratios des réserves obligatoires imposées à certaines banques. Cela équivaut à une injection massive de liquidités.

Las, malgré cette cinquième baisse des taux d'intérêt depuis novembre, Shanghai n'a pas réussi à rebondir finissant en baisse de 1,27% au terme d'une séance en montagnes russes. L'indice composite s'était effondré de presque 8,5% lundi, puis de 7,63% mardi dans un climat d'affolement général. La Bourse de Shanghai a perdu plus de 40% depuis mi-juin.

Les autres places asiatiques ont fini en ordre dispersé, Tokyo rebondissant par exemple de plus de 3% après six séances négatives. Hong Kong en revanche a terminé en baisse de 1,52%.

Risque de krach financier

Les analystes estiment que les marchés boursiers chinois ne reflètent guère l'état de l'économie réelle. Mais au-delà de l'indice du marché shanghaïen, les interrogations perdurent sur la capacité de la Chine à continuer de jouer son rôle de locomotive pour la croissance mondiale.

Les derniers indicateurs n'ont fait que confirmer le ralentissement de l'activité dans le pays. Il s'agit d'une évolution préoccupante, alors que la Chine compte pour plus de 13% de l'activité mondiale.

Un indicateur-clé sur l'activité manufacturière chinoise est ainsi tombé en août à un plus bas niveau depuis six ans. Il témoigne d'une nouvelle violente contraction.

'Si les difficultés des marchés financiers chinois et de l'économie réelle dans le pays s'aggravent, sans que le gouvernement ne parvienne à redresser la situation, alors un krach financier et économique de grande ampleur pourrait se produire', commentait Christophe Donay, stratégiste de Pictet Wealth Management.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.