Les nuitées hôtelières sont restées stables cet hiver en Suisse

Nuitées stables cet hiver en Suisse - premiers effets du franc fort

Photo: Keystone

Les effets du franc fort commencent à se déployer sur l'hôtellerie suisse. Les nuitées sont restées stables en Suisse durant la saison d'hiver, mais la demande des visiteurs étrangers, en particulier européens, tend à baisser.

Les établissements helvétiques ont enregistré 15,7 millions de nuitées de novembre à avril, soit une très légère augmentation de 0,1% sur un an, a indiqué lundi l'Office fédéral de la statistique (OFS). Les touristes suisses ont représenté un total de 7,4 millions de nuitées, en hausse de 1,9% par rapport à l'hiver 2013/2014.

La demande étrangère est en revanche à la baisse, avec un recul de 1,4%, à 8,3 millions de nuitées. Hors Suisse, les visiteurs du continent européen enregistrent une baisse de 5,4% par rapport à la même période de l'année précédente.

Le plus grand repli vient des hôtes allemands (-5,8%). Suivent la Russie (-26,6%), la France (-6,6%) et les Pays-Bas (-6%). Les Belges (-4%) et les Italiens (-2,4%) ont aussi été nombreux à délaisser la Suisse.

Demande asiatique

Quant au continent asiatique, il voit le nombre de ses nuitées augmenter de 161'000 (+13,8%). La Chine a enregistré la plus forte progression de tous les pays étrangers (+26,2%). Les touristes de Corée du Sud (+18%), des Pays du Golfe (+8,4%) et d'Inde (+8,5%) ont également davantage visité la Suisse.

Les Amériques ont généré une hausse de 6,6%. Avec 32'000 nuitées supplémentaires (+6%), les Etats-Unis affichent la plus forte progression de ce continent. Arrive ensuite le Brésil (+16,8%). Enfin, les continents océanique et africain affichent des hausses respectives de 2,2% et 0,4%.

Tendance de fond

'Le franc fort a marqué les mois derniers, surtout en ce qui concerne les marchés de la zone euro', explique à l'ats Alain Suter, porte-parole de Suisse Tourisme. 'Ce développement correspond malheureusement à nos attentes'.

L'association faîtière, qui se base sur les indicateurs du Centre de recherches conjoncturelles (KOF) de l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich, table sur un recul de 0,6% des nuitées pour l'année en cours et sur une hausse modérée de 0,8% en 2016. Une partie du recul de la demande des clients européens pourra cependant être compensée par une augmentation des nuitées d'hôtes asiatiques et américains.

Les Grisons à la peine

Au niveau des régions touristiques, huit régions sur quatorze ont vu leurs résultats fléchir durant la saison et en comparaison annuelle. En chiffres absolus, les Grisons affichent le recul le plus significatif, avec une diminution de 74'000 nuitées (-2,6%), tandis que le Valais accuse un repli de 61'000 nuitées (-2,9%).

Genève enregistre une baisse de 1,9%, tandis que la région lémanique (Vaud) voit son nombre de nuitées faiblir de 0,7%. La région Jura et Trois-Lacs recule de 4%, mais Fribourg progresse en revanche de 2,7%. La palme de la hausse la plus marquée revient à la région zurichoise, avec +4,4%.

Recul en avril

Sur le seul mois d'avril, l'OFS a comptabilisé 2,3 millions de nuitées, soit en recul de 0,6%. Les hôtes indigènes ont généré 1,3 million de nuitées, soit une hausse de 4,2%.

Là encore, les étrangers ont boudé la Suisse. Le nombre de leurs nuitées a diminué de 4,1% par rapport à avril 2014. Rien que du côté des visiteurs européens, il chute de 10,7%. En avril, l'Allemagne enregistre une fois encore le plus fort repli en chiffres absolus (-33'000 nuitées/-10,9%).

Au niveau des régions, huit sur quatorze ont vu leurs résultats se détériorer en avril. Le Valais affiche la baisse absolue la plus marquée, avec un recul de 24'000 nuitées (-9%). Arrivent ensuite Genève (-8,3%), la Suisse orientale (-5,6%) et le Tessin (-3,5%). La région zurichoise est à nouveau parvenue à tirer son épingle du jeu (+4,5%).

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.