Les producteurs fribourgeois doivent limiter l'irrigation

Les producteurs fribourgeois doivent limiter l'irrigation

Photo: Keystone

A cause de la météo, les niveaux de certaines rivières diminuent. Conséquence: Fribourg interdit dès vendredi le prélèvement d'eau à divers endroits. La plupart des producteurs dans le Grand Marais peuvent encore compter sur l'eau du Lac de Morat.

Le canton de Fribourg a décrété une interdiction de prélèvement d'eaux de surface qui est valable à partir de vendredi, annoncent lundi La Liberté et les Freiburger Nachrichten. Il y a toutefois plusieurs exceptions dont le Lac de Morat, le Grand Canal et le Canal de la Broye.

Pour les maraîchers de la plus grande région suisse de production dans le Grand Marais, ces exceptions sont une chance, car la plupart de leurs canaux d'irrigation sont alimentés par le Lac de Morat. Et cette manne devrait être assurée encore un moment. 'Le Lac de Morat a encore assez d'eau', indique à l'ats Adrian von Niederhäusern de l'Institut agricole de l'Etat de Fribourg (LIG).

L'irrigation est en revanche plus problématique pour les producteurs de la région située près de la rivière Biberen. Ces derniers peuvent néanmoins continuer à arroser les cultures délicates comme celles des pommes de terre. Et le canton octroie en règle générale des dérogations pour les champs presque prêts à être récoltés, selon Adrian von Niederhäusern.

Pertes sur les revenus à long terme

Si la chaleur et la sécheresse devaient persister et d'autres cours d'eau être interdits, les conséquences pour les paysans fribourgeois et ceux de la partie bernoise du Grand Marais pourraient être désastreuses. Elles engendreraient des pertes considérables sur leurs revenus.

En comparaison toutefois à 2003, où plusieurs cantons avaient limité sur une longue période le prélèvement des eaux, la situation semble nettement moins dramatique. Il a abondamment plu en mai et juin, ce qui constitue un avantage certain, puisque les sols étaient saturés et le niveau de la nappe phréatique haut, détaille Christian Bucher de l'Association des maraîchers des cantons de Berne et de Fribourg (GVBF).

Dépendant de l'irrigation

Même en cas de conditions météorologiques normales, les producteurs de légumes sont de nos jours dépendant de l'irrigation. Sans elle, la production n'est plus rentable, explique Christian Bucher.

Dans d'autres régions aussi, peu de pluie est tombée dans les dernières semaines. L'impact de cette sécheresse sur les agriculteurs dépend de ce qu'ils cultivent. Les champs de betteraves et la vigne sont moins sensibles et ont moins besoin d'eau, explique à l'ats l'Union suisse des paysans (USP).

L'Office fédéral de l'environnement (OFEV) note parallèlement que les rivières reliées à un glacier drainent, elles, plus d'eau que de coutume en raison de la fonte.

Phase d'averses nécessaire

Comme Fribourg, d'autres cantons pourraient édicter des restrictions, si la période de chaleur devait encore durer. Selon des données de l'OFEV, les débits des rivières et le niveau d'eaux des lacs sont 'de manière générale en dessous de la moyenne'.

Sur le Plateau, l'étiage de certains petits et moyens cours d'eau a d'ailleurs déjà atteint son plus bas niveau, indique l'OFEV dans une réponse écrite. Et dans les prochains jours les niveaux d'eaux devraient encore diminuer. Pour que le déficit d'eau dans le sol soit contré, une longue phase ponctuée d'averses régulières et abondantes est nécessaire, précise l'OFEV.

L'or bleu, un thème à long terme

Les niveaux des eaux souterraines sont pour l'heure, selon l'Office, normaux pour cette saison, même si des différences sont visibles d'une région à l'autre. Mais l'OFEV rappelle, que même en cas de sécheresse, l'alimentation en eau potable 'de parfaite qualité' est assurée.

Du côté de l'Union suisse des paysans aussi, la question de l'eau reste un thème 'à long terme'. L'USP est en train d'élaborer des directives concernant le prélèvement des eaux, afin de conserver une certaine unité sur le territoire suisse, souligne la porte-parole de l'Union, Sandra Helfenstein. En ligne de mire aussi, le prix lié à l'utilisation de l'eau d'une rivière, d'un lac ou des nappes phréatiques.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.