Les souvenirs de production d'aluminium disparaissent du Valais

Les souvenirs de production d'aluminium disparaissent du Valais

Photo: Keystone

Le Valais va perdre les dernières traces de la production d'aluminium sur son sol. Désaffecté par son propriétaire Rio Tinto, le site de Chippis (VS) va être assaini et transformé en logements et en zone artisanale.

Le groupe minier mondial Rio Tinto assume le financement de l'opération. Le coût est estimé à 25 millions de francs, a déclaré mardi lors d'une présentation du projet le responsable du site valaisan de Rio Tinto Oskar Kuonen.

Les travaux vont durer deux ans. La surface à assainir couvre 48'000 mètres carrés. La totalité sera excavée sur une profondeur d'un à cinq mètres selon les zones. Il faudra traiter 145'000 tonnes de matériaux, sur place dans la mesure du possible.

L'activité de production d'aluminium a duré près de 90 ans à Chippis. Le procédé d'électrolyse a laissé deux polluants principaux: du fluor et du goudron. 'En quantité non dangereuse pour la santé', a précisé M. Kuonen.

Soucis de protection de l'eau

Ces assainissements sont exigés par la législation, a précisé le chef du service valaisan de la protection de l'environnement Cédric Arnold. Il s'agit en priorité de protéger la ressource en eau. Et un assainissement du site facilitera les implantations futures.

Rio Tinto estime que 37'000 tonnes de matériau pourront être réutilisées sur place comme remblai car non polluées. Près de 50'000 tonnes prendront le chemin de différentes décharges en Suisse. 38'000 tonnes pourront être utilisées en cimenteries. Le solde sera traité ou incinéré à l'étranger.

L'assainissement du site est évoqué depuis 2010. L'entreprise a fourni des garanties financières à l'Etat qui met en place un principe de pollueur-payeur, a expliqué le conseiller d'Etat Jacques Melly. Depuis la décision d'assainissement, prise en 2012, Rio Tinto a déjà démonté les bâtiments.

Au terme des travaux en 2017, la commune veut créer une zone résidentielle, commerciale et artisanale sur l'espace libéré. Une partie du site industriel n'est pas concernée. Toujours en activité, les usines de la société Constellium poursuivent leurs activités.

Un siècle d'histoire

L'histoire de l'aluminium a débuté en 1908 en Valais. La société AIAG construit à Chippis une usine de production d'aluminium. En 1962, une autre usine est réalisée à Steg (VS). L'année suivante, AIAG devient Alusuisse.

Le déclin s'amorce en 1986. La production d'aluminium à Chippis est peu à peu abandonnée faute de rentabilité. Elle cesse définitivement en 1993. L'usine de Steg continue à tourner, même après le rachat d'Alusuisse par le groupe Alcan en 2000.

En 2005, les activités de laminage sont séparées d'Alcan et réunies dans une entité indépendante: Novelis. L'année suivante, Alcan abandonne définitivement la production d'aluminium à Steg. En 2007, Alcan est absorbé par le groupe minier international Rio Tinto.

Les activités de transformation sont à leur tour réunies dans la société Constellium en 2010. La nouvelle entité hérite d'une partie du site de Chippis. La filiale suisse de Rio Tinto, Metallwerke Refonda SA, est chargée de l'assainissement des anciennes halles de production d'aluminium et de la vente des terrains une fois l'opération terminée.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.