Marchés mondiaux ébranlés par la déroute boursière chinoise

Marchés mondiaux ébranlés par la déroute boursière chinoise

Photo: Keystone

Les marchés mondiaux, dont la Bourse suisse en recul de 2,45%, étaient une nouvelle fois ébranlés jeudi par la déroute des places financières en Chine. La séance boursière y a duré moins d'un quart d'heure avant d'être interrompue après une chute de 7%.

Cette deuxième interruption de séance en moins d'une semaine inquiète les investisseurs quant à la portée du ralentissement de l'économie chinoise, un des poumons de la croissance économique mondiale.

En Asie, Tokyo a fermé en repli de 2,33%, Hong Kong a perdu plus de 3%. En Europe, les places ont ouvert en très forte baisse. Dans les premiers échanges, Paris dévissait de 2,50%, Francfort et Milan de plus de 3% et Londres de près de 2%.

De son côté, le SMI reculait de 2,46% à 9h45. Aucune valeur vedette ne parvenait à accrocher l'équilibre. Transocean enregistre la plus forte baisse (-5%).

Les Bourses européennes étaient affectées par l'évolution en Chine mais également par la clôture de Wall Street. La Bourse américaine a clôturé en forte diminution et les derniers indicateurs conjoncturels aux Etats-Unis se sont révélés mitigés.

Pétrole à la baisse

Le pétrole, dont l'offre est toujours aussi abondante, était aussi tiré vers le bas par la Chine alors même que les tensions diplomatiques dans le Golfe seraient de nature à faire monter les prix.

Les cours du brut continuaient de flancher: le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en février perdait 1,58 dollar à 32,65 dollars par rapport à la clôture de mercredi, au plus bas depuis plus de 11 ans, et le WTI cédait 1,77 dollar à 32,20 dollars.

Le marché des devises était aussi secoué d'autant que l'étincelle qui a mis le feu au poudre jeudi a été la décision de la Banque centrale chinoise de dévaluer à nouveau le yuan.

Les autorités ont en effet abaissé le cours de référence du yuan face au billet vert de 0,51%, à 6,5646 yuans pour un dollar, soit le taux le plus bas depuis mars 2011. Il s'agit du huitième mouvement de baisse consécutif décidé par la banque centrale.

C'est aussi sa plus forte baisse depuis août, selon Bloomberg News, quand Pékin avait décidé d'une dévaluation surprise du renminbi de quasiment 5% en une semaine. Le yuan est autorisé à fluctuer face au dollar dans une marge de plus ou moins 2% de part et d'autre d'un taux de référence défini par la banque centrale chinoise (PBOC).

Le dollar s'affaiblissait face au yen et à l'euro notamment. Le franc, traditionnelle valeur refuge, se renforçait. L'euro valait 1,087 franc (-0,02%) et le dollar 1,006 franc (-0,07%).

'Dans ce contexte de tensions financières renouvelées en Chine, l'euro et le yen remontent face au dollar, ce qui est souvent le cas dans ce type de situation car les investisseurs rapatrient leurs liquidités des zones stressées. La baisse du yuan alimente la baisse du pétrole, qui alimente elle-même la chute des marchés', selon les analystes d'Aurel BGC.

L'or, autre valeur refuge, progresse sensiblement depuis le début de l'année, passant d'environ 1060 dollars l'once à pratiquement 1100.

Craintes renforcées

Ces turbulences chinoises viennent assombrir un panorama déjà un peu encombré, et où croît le risque géopolitique en provenance du Golfe et de Corée du Nord. Plus largement, la Banque mondiale (BM) a fortement abaissé mercredi sa prévision de croissance sur le globe pour 2016, renforçant les craintes suscitées par les performances 'décevantes' des grands pays émergents dont la Chine ou le Brésil.

Après avoir crû de 2,4% en 2015, le produit intérieur brut (PIB) mondial devrait progresser de seulement 2,9% cette année, marquant un recul de 0,4 point par rapport aux prévisions de l'institution en juin, selon un rapport semestriel publié mercredi.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.