OCDE: l'économie suisse va bien, mais des réformes sont à mener

OCDE: l'économie suisse va bien, mais des réformes sont à mener

Photo: Keystone

L’économie suisse se porte bien, mais la croissance de la productivité est faible, estime l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). Celle-ci conseille d'agir dans le secteur immobilier et plaide pour une dépense publique plus efficiente.

La croissance économique du pays a connu un fort rebond après la récession de 2009, souligne le rapport de l'OCDE sur la politique économique de la Suisse pour l'année 2015, présenté mardi à Berne.

La faiblesse des taux d’intérêt, une immigration soutenue ainsi que l'instauration d'un taux de change minimum entre l'euro et le franc jusqu’au début 2015 - qui a favorisé une importante progression des exportations - expliquent cette évolution positive.

La forte appréciation du franc qui a suivi l'abandon du taux plancher de l'euro par la Banque nationale suisse (BNS) le 15 janvier nuit cependant à la croissance à court terme.

De plus, l’adoption de l’initiative 'contre l’immigration de masse' en février 2014 devrait voir une limitation de l’immigration être imposée. Dès lors, 'une hausse plus soutenue de la productivité sera de la plus haute importance dans les années à venir', préconise le rapport.

Efficacité des dépenses

Les indicateurs du vivre mieux et du bonheur sont, eux, élevés. Un chômage faible, l'ampleur de l'augmentation des salaires réels et une répartition relativement égale des revenus favorisent cette bonne tenue.

Concernant le secteur immobilier, l'OCDE constate que les prix réels se sont envolés, soutenus par des taux d'intérêt bas, une croissance démographique et des cellules familiales plus petites.

A noter que les banques sont fortement exposées au secteur, le ratio des prêts hypothécaires résidentiels au produit intérieur brut (PIB) s'élevant à 120% - soit le plus élevé des pays de l'OCDE.

L'accroissement de l'offre a été restreint par des règles restrictives d'occupation des sols, et, malgré des mesures permettant d'atténuer ces tensions, les pouvoirs publics devront 'accentuer la réactivité de l’offre pour assurer un atterrissage en douceur et éviter des flambées de prix intenables', note l'OCDE.

Toujours à la pointe en matière d’enseignement, de santé et d’infrastructures malgré un appareil d'Etat de taille réduite, la Suisse devrait mettre encore 'davantage l’accent sur l’efficience de la dépense publique', afin de faire face au vieillissement de la population, qui accroîtra la demande des services publics et contractera les recettes.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.