Plus de la moitié des plus de 65 ans ne reçoivent pas de soins

Plus de la moitié des plus de 65 ans ne reçoivent pas de soins

Photo: Keystone

Plus de la moitié de la population mondiale âgée de plus de 65 ans, soit 300 millions de personnes, est exclue des soins de longue durée, a affirmé lundi l'OIT. Il manque 13,6 millions de travailleurs sociaux.

Dans son analyse des déficits de couverture pour les personnes âgées, l'Organisation internationale du travail (OIT) dénonce la discrimination en raison du sexe et de l'âge, ou âgisme. Elle se traduit par un traitement systématiquement inégal des personnes âgées ayant besoin de soins par rapport aux plus jeunes, une forte pénurie de professionnels et un sous-financement public.

Selon l'OIT, 92% des plus de 65 ans sont exclus de soins de qualité en Afrique, 65% en Asie, 30% en Europe et 15% dans les Amériques.

Dans le monde, 11,9 millions de travailleurs sont actifs dans l'aide aux 563 millions de personnes âgées de plus de 65 ans. Ils sont 3,9 millions en Europe pour s'occuper de 131 millions de plus de 65 ans. L'OIT évalue à 13,6 millions le nombre de professionnels qui manquent dans le monde pour donner des soins aux plus de 65 ans, dont 2,3 millions en Europe.

Travailleurs informels

Le recours aux travailleurs informels, le plus souvent des migrants (plus de 70%), et aux membres de la famille compense en partie ce 'déficit abyssal'. Mais l'OIT souligne qu'il n'est pas normal d'utiliser cette main-d'oeuvre non payée ou mal payée.

Ce sont les femmes, les personnes seules, les plus pauvres et les plus de 80 ans qui souffrent le plus de ce désinvestissement. Jusqu'à 80% des plus de 65 ans doivent payer les soins de leur poche.

'Cette situation déplorable se mesure par le très faible niveau de dépenses publiques consacrées aux soins de longue durée pour les plus de 65 ans qui en moyenne représentent moins de 1% du Produit intérieur brut à l'échelle mondiale', a affirmé Xenia Scheil-Adlung, auteure de l'étude.

En Suisse aussi

En Suisse, la proportion de travailleurs de soins de longue durée pour 100 personnes de plus de 65 ans atteint 5,2%, selon le rapport de l'OIT. La Norvège a la proportion la plus élevée (17,1%), devant la Suède (9,6%) et les Pays-Bas (7,3%). La proportion est de 1,1% en France et de 3,2% en Allemagne.

Les dépenses publiques consacrées aux soins de longue durée ont atteint 1,2% du PNB de la Suisse en moyenne pour la période 2006 à 2013. Les Pays-Bas ont dépensé le plus (2,3% de leur PNB), devant le Danemark (2,2%) et la Norvège (2,1%).

Environ 70% des soins sont payés de la poche des personnes âgées en Suisse et cela représente en moyenne 4% de leur budget. La Suisse compte 1,7 million de plus de 65 ans (17% de la population).

Peur irrationnelle

L'OIT dénonce 'une peur irrationnelle prévalant dans l'opinion publique que les soins de longue durée pour les personnes âgées ne sont pas abordables plutôt que de considérer les avantages qu'il y a à investir dans ces soins en terme de création d'emplois et d'amélioration du bien-être de la population'.

Cette discrimination conduit à l'appauvrissement, à l'exclusion et parfois à des abus et violences. L'OIT préconise de placer les soins de longue durée pour les personnes âgées en tête des priorités.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.