Rome persuadé qu'Athènes et l'UE trouveront un terrain d'entente

Rome persuadé qu'Athènes et l'UE trouveront un terrain d'entente

Photo: Keystone

Le président du Conseil italien Matteo Renzi s'est dit persuadé mardi que la Grèce va trouver une solution avec les institutions européennes pour relancer son économie et assouplir l'échéancier du remboursement de sa dette. Il s'est exprimé après un entretien à Rome avec le Premier ministre grec Alexis Tsipras.

'Je suis fermement convaincu que les conditions sont réunies pour que la Grèce et les institutions européennes trouvent un terrain d'entente', a déclaré le dirigeant italien de centre gauche. Athènes cherche à renégocier sa dette avec ses créanciers (Commission et Banque centrale européenne (BCE), Fonds monétaire international (FMI)).

Matteo Renzi a tenu des propos essentiellement positifs à l'égard de son homologue grec. Il a toutefois déclaré que tous les pays devaient 'entreprendre leurs propres réformes' et reconnu l'existence 'de divergences d'opinions sur certains thèmes.

Priorité à la croissance

Par ailleurs, le nouveau ministre grec des Finances, Yanis Varoufakis était aussi à Rome. Il a déclaré avoir eu un dialogue constructif avec son homologue italien sur la stabilité financière de la zone euro. Il a indiqué qu'il se rendrait ce jeudi à Berlin.

A l'issue de cet entretien, le ministre italien de l'Economie et des Finances, Pier Carlo Padoan, a déclaré que la Grèce avait besoin d'une croissance soutenue au moyen de réformes structurelles. La croissance doit être la priorité de la Grèce pour garantir qu'elle soit en mesure de rembourser sa dette et de créer des emplois, a ajouté le ministre italien.

Mercredi, Yanis Varoufakis rendra visite à la BCE, le jour où celle-ci doit se prononcer sur un éventuel soutien financier d'urgence pour les banques grecques. Un financement d'urgence des banques via le dispositif ELA constituerait un des derniers ballons d'oxygène pour les banques grecques.

Lier la dette à la croissance

Le projet grec qui permettrait à Athènes de lier le fardeau de sa dette à sa croissance économique a semblé enthousiasmer les marchés financiers mardi. L'entourage de Yanis Varoufakis avait laissé entendre la veille qu'il allait proposer d'échanger la dette détenue par la BCE et les autres créanciers 'publics' (Etats et institutions) contre des titres indexés sur la croissance et des obligations perpétuelles.

La Bourse d'Athènes a fini sur un bond de 11,27% mardi, sa meilleure performance depuis août 2011, entraînant la plupart des grandes places européennes dans son sillage.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.