SIX Group mène une course contre la montre contre Apple

SIX Group mène une course contre la montre contre Apple

Photo: Keystone

Alors que plusieurs acteurs du secteur financier se disputent le marché en matière de paiements mobiles, Alexandre Zeller, le président de SIX, veut faire de son application Paymit le standard. La lutte contre les géants informatiques se jouera d'ici 12 à 18 mois.

Important acteur du trafic des paiements en Suisse, SIX, qui opère également la Bourse suisse, notamment, voit arriver des initiatives mettant en péril son modèle, explique M. Zeller dans une interview publiée lundi dans Le Temps. L'entreprise zurichoise, qui vend aux commerçants les terminaux de paiement par cartes, a ainsi développé avec UBS et la Banque cantonale de Zurich sa propre application mobile, appelée Paymit.

Alors que l'opérateur historique Swisscom a rejoint le projet, l'ex-directeur général de la Banque cantonale vaudoise (BCV) et de HSBC Suisse mentionne d'autres futurs participants. 'D'autres établissements vont nous rejoindre, comme Raiffeisen, la Banque cantonale de Lucerne, la BCGE et la BCV'.

Alors que PostFinance s'est aussi lancé avec son application Twint, M. Zeller souhaite fédérer le plus d'acteurs autour de Paymit, 'pour en faire un standard suisse'. Il s'agit d'une course contre la montre pour éviter que des acteurs étrangers s'imposent.

Données conservées en Suisse

Google, Apple, Amazon, tout comme encore Samsung et d'autres, développent leur système de paiement mobile. La place financière a tout intérêt à imposer le sien, pour maintenir le lien avec le client. 'Ce dernier y gagnerait, car il pourrait s'assurer que ses données restent conservées en Suisse', affirme le président du conseil d'administration de SIX.

A la fin, le marché décidera ce qu'il souhaite garder. 'Mais il est évident que plus nous sommes fragmentés, plus il sera difficile d'imposer une solution suisse face aux géants de la technologie', ajoute M. Zeller.

Au-delà du paiement mobile, le Vaudois relève le rôle essentiel de l'innovation avec l'actuel développement des 'fintech', soit les technologies financières. Dans un secteur bancaire helvétique ayant accompli une grande partie de sa restructuration, de nouveaux modèles vont s'installer et conduire à de nouvelles banques, plus flexibles, plus légères'.

Revenant sur la disparition de banques en Suisse, avec notamment la mise en faillite la semaine passée par l'Autorité fédérale de surveillance des marchés financiers (FINMA) du gestionnaire de fortune zurichois Banque Hottinger, M. Zeller juge 'exagérée' la prévision selon laquelle un tiers des établissements pourrait à terme disparaître. 'D'ici cinq à dix ans, il y aura même probablement plus d'acteurs'.

Seul le modèle importe

'La taille n'a pas d'importance, c'est le modèle qui compte', poursuit le natif de St-Cergue (VD), qui préside SIX depuis 2013. Un petit établissement dépourvu d'une stratégie claire, qui n'est pas focalisé sur une partie précise de la chaîne de valeur, ni organisé de manière efficace, n'a aucune chance de survie.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.