Salaire en hausse pour le président de la BNS en 2015

Salaire en hausse pour le président de la BNS en 2015

Photo: Keystone

Président du directoire de la Banque nationale suisse (BNS), Thomas Jordan a vu son salaire augmenter l'an passé. Sa rémunération totale s'est hissée à quelque 1,15 million de francs, contre près de 1,13 million en 2014.

Au traitement de 876'500 francs de M. Jordan, sont venus s'ajouter 246'600 francs au titre des cotisations de l'employeur, du plan de retraite et de l'AVS, ressort-il du rapport annuel de la BNS publié jeudi. M. Jordan a aussi perçu 30'000 francs d'indemnités diverses. Il a par ailleurs bénéficié d'honoraires de 66'335 francs en tant que membre du conseil d'administration de la Banque des règlements internationaux (BRI).

Vice-président depuis le 1er juillet, Fritz Zurbrügg a pour sa part gagné au total 1,19 million de francs, soit 60'000 francs de plus qu'en 2014. Son prédécesseur parti en retraite en milieu d'année, Jean-Pierre Danthine, a touché 620'000 francs, soit 432'300 francs de moins qu'une année auparavant.

Quant à Andréa Maechler, laquelle a rejoint le directoire de la BNS le 1er juillet 2015, elle a gagné au total 579'500 francs. La rémunération totale de la direction générale de la BNS, y compris ses trois membres suppléants, s'est montée à 5,42 millions de francs, 282'800 francs de plus qu'en 2014.

Achats de devises pour 86 milliards

Le conseil de banque a en revanche vu son enveloppe salariale totale diminuer l'an passé, celle-ci passant de 706'800 en 2014 à 691'900 francs. A fin décembre 2015, la BNS employait 884 collaborateurs, dont 19 apprentis, soit 16 salariés de plus qu'une année auparavant. En équivalent plein temps l'effectif a progressé de 1,5% à 787,9 emplois. Les charges liées au personnel ont augmenté de 7,5% à 157,7 millions.

Dans son rapport annuel, l'institut d'émission indique notamment avoir acquis l'an passé des devises à hauteur de 86,1 milliards de francs. La majeure partie de ces achats est intervenue en janvier, la BNS ayant multiplié ses interventions avant d'abandonner au milieu du mois le taux plancher liant depuis septembre 2011 le franc et l'euro.

La banque centrale note être intervenue sur les marchés des changes tout au long de l'année, au gré de l'évolution, afin d'éviter que le franc ne s'apprécie trop. Sur l'exercice sous revue, les réserves monétaires ont augmenté de 61 milliards de francs à 603 milliards.

Si les pertes liées aux fluctuations monétaires et le repli de l'or ont pesé sur ces réserves, celles-ci ont tiré profit des achats de devises étrangères. Les réserves en monnaies étrangères ont bondi de 66 milliards de francs à 561 milliards.

Perte en 2015

Pour mémoire, la BNS a essuyé une perte de 23,3 milliards de francs l'an dernier, contre un bénéfice de 38,3 milliards en 2014. Les chiffres rouges reflètent pour l'essentiel le déficit de 19,9 milliards de francs sur les positions en monnaies étrangères, contre un bénéfice de 34,5 milliards l'année précédente. L'appréciation du franc a entraîné des pertes de change à hauteur de 26,4 milliards de francs.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.