Siemens supprime 150 postes à Zoug en raison du franc fort

Siemens supprime 150 postes à Zoug en raison du franc fort

Photo: Keystone

Siemens va supprimer environ 150 emplois à Zoug au sein de sa division Building Technologies sur un total de 500. La filiale suisse du groupe allemand invoque le franc fort pour justifier sa décision.

Certaines lignes de production seront transférées à l'étranger, a indiqué lundi Siemens Suisse dans un communiqué. Selon Matthias Rebellius, directeur général de la division active dans les techniques du bâtiment (Building Technologies), ces mesures sont indispensables pour assurer la pérennité du site zougois.

'La récente appréciation du franc a gravement affecté notre compétitivité', a-t-il déploré. 'Nous sommes contraints d'agir, car une grande part de notre création de richesses est produite en Suisse', a-t-il ajouté.

Licenciements

Le transfert de la production devrait débuter en janvier prochain pour s'achever à fin 2016. La réduction d'effectifs devrait intervenir via la fin de contrats temporaires, des retraites anticipées et les fluctuations naturelles. Les licenciements ne pourront toutefois être évités. Un plan social est disponible pour les personnes touchées.

Matthias Rebellius réitère cependant l'importance du site comme centre global de compétences et espère continuer à produire en Suisse des composants de haute technologie. Le groupe en veut pour preuve le maintien de la construction d'un nouveau siège à Zoug.

Selon Syna, quelque 60 licenciements seront prononcés. Le syndicat regrette l'annonce de cette restructuration alors que le groupe affiche pour l'exercice en cours des commandes et un chiffre d'affaires en croissance. En outre, le franc pourrait s'affaiblir l'an prochain, alors que des emplois auront déjà été perdus.

Doutes des syndicats

Dans son propre communiqué, Employés Suisse émet des doutes sur l'explication monétaire pour justifier la suppression de 30% des effectifs. Le syndicat demande à la direction de Siemens de réexaminer sa décision durant la procédure de consultation afin de sauver le maximum d'emplois.

Selon Employés Suisse, le groupe peut supporter une légère détérioration de ses marges. Le site zougois ne doit dans la mesure du possible pas être affaibli. Pour l'association, d'autres réponses peuvent être apportées à la question des taux de change, comme l'optimisation des processus internes ou des économies dans le processus de création de valeur.

A l'instar d'Employés Suisse, Syna demande à la Banque nationale suisse (BNS) d'abandonner son attitude passive et de s'engager à nouveau activement dans la stabilisation de la place économique helvétique.

Relèvement du temps de travail

Siemens Building Technologies avait déjà pris en mars des mesures pour lutter contre l'appréciation du franc. La division avait allongé la durée hebdomadaire de travail sur ses sites suisses de 40 à 45 heures.

Le groupe indiquait alors envisager plusieurs options afin de trouver une solution assurant de manière durable la compétitivité de la production sur le site de Zoug. Siemens Building Technologies emploie au total 1900 personnes en Suisse.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.