Trop d'abus, selon une enquête des chimistes cantonaux

Trop d'abus, selon une enquête des chimistes cantonaux

Photo: Keystone

Il y a trop d'abus dans l'utilisation des appellations protégées en Suisse, selon une enquête des chimistes cantonaux menée l'an dernier et portant sur près d'un millier d'établissements. Avec presque 40% de contestations, ce bilan est jugé 'insatisfaisant'.

Les organes officiels de contrôle se sont intéressés aux denrées alimentaires au bénéfice de désignations protégées (AOP, IGP) ou de dénominations 'Montagne' ou 'Alpage'. Ils ont inspecté l'an dernier 963 établissements pour un total de 1445 produits suisses et européens.

Résultats: des contestations ont été prononcées dans 38% des établissements contrôlés et pour 313 produits. Ce bilan n’est pas satisfaisant et montre que les milieux concernés doivent être plus attentifs aux règles, a indiqué jeudi dans un communiqué l'Association des chimistes cantonaux de Suisse.

Tous les cantons suisses et le Liechtenstein ont participé à cette campagne. Ces contrôles ont ciblé prioritairement les établissements qui préparent, transforment, conditionnent ou étiquettent des denrées, notamment dans la restauration, les boulangeries, les boucheries et les fromageries.

Reconnaissance mutuelle

Les enquêteurs se sont penchés aussi bien sur des désignations protégées suisses AOP (Appellation d'origine protégée) ou IGP (indication géographique protégée) que des désignations protégées européennes, une trentaine au total dans chaque cas.

La Suisse et l'UE se sont en effet engagées à reconnaître mutuellement leurs indications géographiques et à les protéger contre toute usurpation, imitation ou indication fallacieuses.

Un total de 625 produits suisses avec une désignation protégée AOP/IGP a fait l’objet de contrôles; 85 (14%) étaient annoncés comme tels par les commerçants alors qu'il s'agissait d'autres produits ne correspondant pas à ces appellations. Les dénominations 'Viande séchée du Valais IGP' (39% de contestation) et 'Damassine AOP' (42%) sont celles qui ont été le plus souvent utilisées de manière abusive.

Dans le cas des produits de l’UE, plus d'un quart des 721 produits contrôlés ont été contestés (192 produits/27%). Le Formaggio Parmigiano Reggiano (48%), la Feta (33%) et le jambon de Parme 'Prosciutto di Parma' sont les trois appellations de l’UE qui ont été le plus fréquemment usurpées.

La montagne au sens large

La palme de la fraude revient aux dénominations 'montagne' et 'alpage', contrôlées sur 99 produits suisses. Pour 36 (36%) de ces produits, les exigences relatives à ces dénominations n’étaient pas respectées.

Selon la nature des manquements constatés, les organes de contrôle ont prononcé des avertissements ou dénoncé les cas aux autorités de poursuite pénales compétentes. La situation est jugée 'insatisfaisante'. Les chimistes cantonaux vont ordonner des mesures.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.