Tsipras veut rétablir la dignité de la Grèce

Tsipras veut rétablir la dignité de la Grèce

Photo: Keystone

Le nouveau Premier ministre grec Alexis Tsipras a déclaré mercredi vouloir rétablir la souveraineté et la dignité de la Grèce. Il a promis de négocier un allègement de la dette sans 'affrontement destructeur' avec les créanciers d'Athènes.

'Nous sommes un gouvernement de salut national, notre but est de négocier un allègement de dette', a-t-il dit lors du premier conseil des ministres de son gouvernement. Il a affirmé que les électeurs lui ont confié un mandat pour mener des changements radicaux.

'Nous n'entrerons pas dans un affrontement mutuellement destructeur, mais nous ne poursuivrons pas une politique de soumission', a-t-il ajouté. Il a dit s'attendre à des 'discussions productives' vendredi avec le président de l'Eurogroupe, le Néerlandais Jeroen Dijsselbloem.

Appelant son gouvernement à ne pas décevoir les attentes des électeurs, Alexis Tsipras a aussi estimé que l'opinion internationale sur la Grèce était en train de changer. La lutte contre le chômage, qui touche 25 % de la population active, sera la priorité de son action, a-t-il poursuivi.

Il a aussi promis de mettre un terme au clientélisme. Le chef de file du parti anti-austérité Syriza, vainqueur des élections législatives de dimanche, a formé mardi un gouvernement de coalition avec le parti de la droite souverainiste des Grecs indépendants.

Pour des budgets à l'équilibre

Concernant sa politique budgétaire, M. Tsipras a indiqué que son gouvernement travaillerait à des budgets à l'équilibre sans chercher pour autant à dégager des 'excédents irréalistes' pour assurer le service de la dette, qui dépasse 175 % du Produit intérieur brut du pays.

Appelant son gouvernement à ne pas décevoir les attentes des électeurs 'qui nous ont confié un mandat', il a souligné que le peuple grec voulait des 'changements radicaux' et estimé que l'opinion internationale sur la Grèce était en train de changer.

Priorité à la lutte contre le chômage

La lutte contre le chômage, qui touche 25 % de la population active, sera la priorité de son action, a-t-il poursuivi. Il a aussi promis de mettre un terme au clientélisme et de lutter contre la corruption.

Le chef de file du parti anti-austérité Syriza, vainqueur des élections législatives de dimanche, a constitué mardi un gouvernement de coalition avec le parti de la droite souverainiste des Grecs indépendants.

Et les premières mesures portant sur le gel de plusieurs projets de privatisation ont été annoncées avant même le premier Conseil des ministres.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.