UBS est préparée à un défaut de paiement de la Grèce

UBS est préparée à un défaut de paiement de la Grèce

Photo: Keystone

Un défaut de paiement de la Grèce sur sa dette serait 'un événement négligeable' pour l'UBS, affirme son président Axel Weber. Le numéro un bancaire suisse a déjà réduit ses risques, selon lui.

'Je reviens tout juste d'une réunion du Fonds monétaire international (FMI). Selon un consensus croissant, un défaut de paiement de la Grèce serait gérable', déclare M. Weber dans une interview diffusée samedi dans la 'Neue Zürcher Zeitung'.

Il se dit, en revanche, plus préoccupé par les conséquences de la politique des taux d'intérêt négatifs en Suisse, qui créent de fausses incitations pour les épargnants et les caisses de pension. 'Les taux d'intérêt bas, parfois même négatifs, les poussent à faire des placements plus risqués', relève le président d'UBS.

Problèmes structurels de l'Europe

Autrefois, la limite inférieure était aucun gain pour l'argent liquide, poursuit-il. Si les prix tombent comme aujourd'hui, l'argent liquide ne devient tout à coup plus un aussi mauvais placement. 'Cela ne peut pas être rentable sur la durée', explique M. Weber.

Il estime à nouveau que l'Europe doit résoudre ses problèmes structurels. Ensuite, la pression sur le franc suisse diminuera, d'après lui.

Le président d'UBS soutient les exigences de fonds propres plus strictes pour les banques. 'La Suisse ne peut et ne doit faire aucune entorse au régime capitaliste', indique-t-il. 'Pour nous, plus de capital est un avantage concurrentiel'. Si le reste du monde se rapprochait des standards suisses, le monde entier serait plus sûr, ajoute-t-il.

/ATS
Partager
Link
Météo
Restez informé

Pour tout savoir sur l'actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir dès 16h30 toutes les news de la journée.